habillage mobile
premium 1
premium 1
actu_22271_vignette

Une prothèse réalisée au FabLab de Rennes

Le 26 juin 2014

Nicolas Huchet, amputé d’une main, est en passe de finaliser une prothèse réalisée grâce à l’impression 3D. Un projet soutenu depuis le départ par le FabLab de Rennes. A suivre de très près…

Suite à un accident de travail à 18 ans, Nicolas Huchet, travailleur manuel, s’est fait amputer de la main droite. Depuis, il est équipé d’une prothèse myoéléctrique (pince en opposition) dont les fonctionnalités reste encore très limitées. Les prothèses poly-digitales, sans mauvais jeux de mots, coûtent aujourd’hui malheureusement un bras et ne sont pas prises en charges par la sécurité sociale. Pour les acquérir, il faut prévoir de dépenser entre 30 000 à 70 000 euros.

Mais c’est sans compter le fablab de Rennes qui en 2012, lui offre une opportunité de taille : l’accès à une imprimante 3D qui lui permet de donner naissance au projet Bionico hand, en vue de fabriquer une main robot pour les handicapés. Du DIY (Do It Yourself) à l’état pur. Nicolas Huchet a déjà imprimé les pièces de la main et réussi à les actionner avec des capteurs musculaires. Il précise néanmoins qu’il ne s’agit pas d'une prothèse, à proprement parler, mais d’une main posée sur le bras avec une autonomie électrique que l’on pourrait fabriquer chez soi, soi-même et à moindre coût (le prix établi aujourd'hui est de 200 euros). A ce jour, les recherches sont orientées vers la robustesse, la miniaturisation des composants ainsi que la possibilité de saisir et de maintenir des objets.

Nicolas Huchet précise que le projet Bionico hand est motivé par la passion des nouvelles technologies, le partage des savoirs et le désir de venir en aide aux autres. Une nouvelle philosophie qu’il qualifie de « punk »  et dont le fameux « No futur » aurait été remplacé le leitmotiv « Futur is now ». « Je pense qu'on peut aller très loin. Même si on n’arrivera jamais à la hauteur d'une prothèse existante et qui est sur le marché, on peut en tout cas créer cette alternative de main robot pour amputé à moindre coût», déclare-t’il.

A noter qu'en France, chaque année, 300 personnes sont amputées de la main, 150 se font appareiller, 75 préfèrent une prothèse esthétique et 75 une prothèse myoéléctrique, selon Touch Bionics.

Depuis sa création en février 2013, le projet Bionico hand a été doublement récompensé à la Maker Faire de Rome et un troisième prototype a été présenté à Moscou au Geek Picnic festival en janvier 2014. Bionico hand est soutenu par l’association My Human Kit créée en janvier 2014. Les membres de l’équipe (handicapés, ingénieurs, professeurs, étudiants, demandeurs d’emplois, retraités…) de 10 personnes sont issus du LabFab Rennes, d’InMoov, d’Advancer Technology et de Perron-Thortay Orthopédie.

- Soutenir le projet -

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.