premium 1
premium 1
actu_21829_vignette

Un océan rouge sang

Le 26 mai 2014

Sur la toile, l’océan s’est transformé en mer de sang au brésil. Une représentation visuelle impactante, signée Sea Sheperd, pour alerter la population sur le risque d’extinction des requins.

 

Les requins sont au sommet de la chaine alimentaire. S’ils disparaissent, toute vie marine s’effondrera. Pourtant la chasse aux requins ne semble aujourd’hui émouvoir que très peu de monde. Un état de fait alarmant aussi bien pour l’espèce que pour tout notre écosystème.

A l’approche de la coupe du monde au Brésil, Sea Sheperd a souhaité pousser un cri d’alarme fort et notamment au Brésil, l’un des 10 plus gros producteurs d’ailerons de requins sur le marché noir avec 200 tonnes exportées chaque année. Pour alerter les Brésiliens et les inciter à signer une pétition en ligne contre le shark-finning, Sea Shepherd Brésil vient de lancer la campagne Bleeding Ocean (Rouge Océan). Depuis le 22 avril, les internautes qui se rendent sur le site maplink.com.br (un des sites de cartographie les plus populaires au Brésil) pour avoir des informations sur le trafic ou rechercher une adresse à Rio de Janeiro peuvent voir que le bleu de l’océan a été remplacé par un rouge sang symbolisant des milliers de requins morts.

« Nous sommes à deux pas de l’extinction. Les requins sont au sommet de la chaîne alimentaire et, s’ils disparaissent, toute vie marine s’effondrera. L’humanité court à sa perte puisque tous les organismes vivants sont interdépendants. On ne surnomme pas la Terre Planète Bleue pour rien », a déclaré Wendell Estol, biologiste et directeur de Sea Shepherd Brésil.

La campagne de sensibilisation a été développée par les créateurs Rafael Pfaltzgraff et Gabriel Lepesteur, en partenariat avec Sea Shepherd Brésil, dans l’espoir qu’elle fera prendre conscience aux gens que nous sommes en train de perdre nos requins et qu’il faut agir avant qu’il ne soit trop tard.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.