habillage mobile
premium 1
premium 1
actu_22065_vignette

Selfie or not selfie ?

Le 12 juin 2014

L’abus de Selfie nuit à l’e-réputation. A travers l’étude du cas Brian Moore, Axe apprend aux internautes à calculer leur indice de séduction selon la catégorie des selfies postés.

Brian Moore est le tout premier internaute à avoir posté un Selfie en 2004. Depuis ce jour, le hashtah #Selfie a été utilisé 68 millions de fois et 3 millions de Selfies ont été postés à travers le monde. Les internautes aiment partager leurs portraits et les annoter avec de modestes mots comme : #Baller (petit gars de banlieue devenu riche) et #ABS (abdominaux) qui ont déjà été utilisé 6,3 millions de fois respectivement ; #VIP ; #Killingit (sait y faire). La fierté de coupe de cheveux n’échappe pas à la règle avec les hashtags #Newhair, ou encore #Slick pour les adeptes des mèches gominées.

Une tendance à l’autopromotion dont Axe a extrait trois catégories de personnes : les « not trying hard» (n’en fait pas assez), les « effortless » (y parvient sans trop d’effort) et les « trying too hard » (en fait beaucoup trop). Des graduations d’échelle et dont il ne faut pas dépasser le mode « effortless » sous peine de faire fuir la gente féminine.

C’est le cas notamment de Brian Moore qui a trop vouloir en faire a vu son taux de séduction s’écrouler. Alors plutôt que de persévérer dans le mauvais chemin, Axe lui propose de modérer ses posts et d’adopter sa nouvelle gamme masculine Matte Effect pour un style assuré, sans trop se fatiguer.

Inquiet d’en avoir trop fait ? Barton F. Graf 9000, en collaboration avec Unit9, propose aux internautes de calculer leurs « social effort » grâce à une plateforme dédiée. Seront pris en compte vos photos, vos commentaires, vos emoticons, le nombre et le type de hashtags utilisés sur Facebook, Twitter et Instagram.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.