premium1
premium1
actu_30992_vignette_alaune

Quand un premier baiser devient une tragédie

Le 1 avr. 2016

Ne vous fiez pas aux allures légères de cette campagne : une fête d’adolescents ne se conclut pas forcément par un baiser passionné. Un spot qui ramène brutalement à la réalité.

Une fête, des jeunes, du flirt. Intitulée « The First Kiss », cette campagne signée Y&R Cape Town ne vous emmène pas forcément où vous le pensez.

 

Commanditée par le Western Cape Government, la campagne fait suite aux statistiques tragiques concernant les dégâts provoqués quand on ne porte pas de ceinture de sécurité. Ici, la majorité de l’action ne se déroule pas à l’intérieur du véhicule, mais se concentre sur la vie des passagers, employant volontairement un ton léger avant de montrer, de façon assez graphique, l’horreur de l’accident. Rien de très novateur dans ce procédé qui vise avant tout à choquer, mais les réactions à son encontre sont mitigées…


 

Certains ont tout d’abord déploré qu’il n’y ait pas une limite d’âge pour le spot, suggérant qu’il était trop explicite pour un jeune public. Les représentants du gouvernement ont tenu à souligner l’importance du côté très visuel de la campagne. « Les recherches montrent qu’une ceinture qui n’est pas attachée mène à une mort certaine, ou à de sérieuses blessures durant les accidents », explique Donald Grant, membre du ministère des transports et des travaux publics. Traumatiser le public pour mieux communiquer ?

Si cette technique a certes été largement utilisée par le passé, et continue d’être une méthode de choix, il semble que les organismes de prévention essayent aujourd’hui de trouver des alternatives moins violentes. Parmi les initiatives pour sensibiliser à la sécurité routière, une victime nue a posé en fauteuil roulant l’année dernière, Toyota avait hacké Siri pour protéger les passagers, Terminator avait conclu un partenariat avec Sam, des personnes décédées ont été ressuscitées le temps d’un cliché, un magicien avait usé de ses meilleurs tours, Havas avait organisé un concours d’auto-tamponneuses, tandis que les Belges organisaient une épreuve de texto obligatoire pour le permis

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.