premium 1
actu_13914_vignette_alaune

PussyKat contre la pédopornographie

Le 16 juill. 2012

Deux grandes stars du porno, PussyKat et Rocco Siffredi, deviennent les porte-paroles emblématiques de Child Focus contre la pédopornographie. La campagne est un succès.

La Fondation pour Enfants Disparus et Sexuellement Exploités est une fondation d'utilité publique active sous le nom de Child Focus. Aujourd’hui son objectif est d’inciter l’opinion publique à « faire une X » sur la pédopornographie. Les citoyens qui, en surfant sur Internet, découvrent par hasard des images d’abus sexuels présumés sur des enfants doivent les signaler (en gardant l’anonymat s’ils le souhaitent) au point de contact civil de Child Focus.

Les signalements sont essentiels pour assurer la poursuite des auteurs mais aussi pour venir en aide aux victimes.

La campagne comprend entre autres des annonces et un spot vidéo diffusés sur Youtube. Elle sera diffusée lors de plusieurs événements (estivaux) sur Internet et dans plusieurs salles de cinéma de Belgique. L’agence de publicité Grey Brussels a offert à Child Focus la création du concept de la campagne et les stars du porno ont elles aussi prêté leur concours quasi gracieusement. La réalisation a été confiée au photographe Christophe Gilbert et au réalisateur Nabil Ben Yadir.

En seulement 15 jours, depuis le début de la campagne, le nombre de signalements a triplé. Le film a également été diffusé sur les quatre principales chaînes de télévision belges à heures de grande écoute, accompagné d’une interview du porte-parole de Child Focus. En très peu de temps la campagne était relayée dans tous les médias nationaux suscitant des débats : journaux, blogs, télévision et radio. En outre, le film viral est devenu un sujet brûlant sur les médias sociaux et le débat se poursuit au sein du Parlement belge où les politiciens discutent de la possibilité de renforcer la lutte contre les abus sexuels sur mineurs.

En 2011, Child Focus a reçu 1 479 signalements de pédopornographie présumée, soit une augmentation de 9 % par rapport aux 1 320 signalements de 2010. Child Focus relaie ensuite les informations pertinentes à la Federal Computer Crime Unit (eCops) de la Police fédérale. Le Service Traite des êtres humains (Police fédérale) analyse la provenance des images et collabore avec leurs collègues d’autres pays afin de poursuivre ceux qui produisent, diffusent et consomment ces images d’abus sexuels commis sur des enfants et d’identifier les victimes. Au cours des deux ans et demi écoulés, Interpol a identifié 2 500 enfants victimes d’abus sexuels, originaires de 40 pays.

 

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.