premium 1
premium 1
Budweiser

Quand Budweiser se la joue Black Mirror

Le 26 juin 2017

Dans un court-métrage de 4 minutes 30, Budweiser dépeint un monde de science-fiction dystopique où seule une canette de bière peut vous aider à sauver votre peau.

On est loin du spot tire-larmes du Superball 2017, loin aussi du tacle anti-Trump s’érigeant contre sa politique d’immigration. Logique puisque Budweiser s’adresse cette fois-ci au marché chinois. Science-fiction, boîte de nuit et musique électronique : cocktail promo gagnant de la marque pour séduire les plus jeunes et surfer sur son positionnement premium. Car oui, dans l'Empire du Milieu, boire une bud, c’est classy.

Dans un univers gris et déshumanisé, une jeune femme – interprétée par l’actrice chinoise Fish Liew – tente désespérément de s’échapper. Aidée d’un barman - également interprété par une vedette locale (le chanteur Eason Chan) -, cette dernière trouve refuge dans une boîte de nuit où elle peut enfin être elle-même…

Et le choix de la bande sonore n’est pas anodin. La Chine est le premier marché à avoir été exploité par Budweiser en matière d’EDM (electronic dance music). L’adoption du genre fait d’ailleurs partie de la stratégie de Budweiser depuis son déploiement dans le pays.

En 2013, la marque a même travaillé même sur un festival d’EDM à Shanghai baptisé Budweiser Storm. Depuis, l’événement s’est propagé à neuf autres villes chinoises. Un pari risqué puisque la musique électronique peinait à s’implanter avant l’arrivée de Budweiser, rapporte adage.com.

Le chanteur Cantopop Eason Chan, en collaboration avec l’artiste DJ Alok, a d’ailleurs réalisé sa première piste EDM pour la campagne.

En regardant de plus près, on réalise aussi que le bracelet rouge que porte la jeune femme et par les danseurs dans la boîte de nuit s’allument au contact de la musique. Une façon dissonante d’annihiler le monde monochrome dans lequel elle vit.

« C'est une métaphore qui vise les personnes vivant dans la société moderne - à Shanghai, New York ou Paris - les gens vivent leur routine, répondent aux normes ou aux attentes d'autrui », explique Matt Che, Vice-président du marché Asie-Pacifique Nord de Budweiser.

Un Black Mirror hybride donc, entre Occident et influences asiatiques. Un pastiche créatif qui plaît d'ailleurs de plus en plus aux marques. En mai dernier, la banque espagnole Santander succombait aux charmes du registre dystopique et au format du long-métrage et dévoilait le film noir Cuanto. Une réussite qui repose sur une proximité forcée avec la série britannique à succès de Charlie Brooker.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.