poils

La vengeance des poils pubiens

La maison de production Mad Ruffian donne vie à ce que nous avons de plus intime dans un clip pour Francobollo.

Les applications de rencontres font des victimes parmi les cœurs à prendre, mais aussi parmi les poils. Croyez-le ou non, ces derniers souffrent de se voir abandonnés au moindre rendez-vous galant. C’est le sujet du clip loufoque du dernier morceau de Francobollo, Wonderful.

Derrière ce film animé bien barré, le réalisateur Christopher Watson-Wood, de la maison de production Mad Ruffian. Il explique avoir voulu proposer quelque chose de « bête, dans un esprit adolescent, et qui ne se prenne pas trop au sérieux, comme si ça sortait tout droit de l’esprit d’un gamin de 13 ans » . Pari réussi. « Nous aimions beaucoup l’idée d’essayer de transformer quelque chose qui est généralement considéré comme un peu dégueu en un personnage mignon » .

 

Qu’on apprécie ou pas, cette petite boule de poils a demandé toute la concentration des équipes : elle devait en effet avoir la personnalité émotive d’un cartoon tout en pouvant s’intégrer dans un univers réel.

Le résultat ? « Pixar qui atteint la puberté » , analyse Christopher Watson-Wood. Y a de ça…

Alors certes, ce n’est pas très malin. Mais le clip a le mérite de sortir des productions « movie-like » ultra-sérieuses qui fleurissent en ce moment, et mine de rien… Ça fait du bien.

premium2
commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.