habillage mobile
premium 1
premium 1
actu_18067_vignette_alaune

La com' de Shell dérape au Grand Prix de F1

Le 30 août 2013

Greenpeace a fait mouche dimanche dernier en s’attaquant à Shell, sponsor officiel du Grand Prix belge de F1. Une offensive rondement menée qui vaut à l'ONG une belle censure sur YouTube.

 

YouTube du côté des gros annonceurs ? Espérons que ce ne soit pas le cas, même s’il faut l’avouer, la suppression d’une video de Greenpeace attaquant Shell fait plutôt mauvais genre, voire laisse un goût amer.

Rappel des faits : dimanche dernier, le 25 août 2013, des militants de Greenpeace ont mené une action à Spa-Francorchamps (Belgique), où se disputait le Grand Prix de Formule 1. Leur objectif était de dénoncer la politique d’exploitation pétrolière prônée par Shell, sponsor principal de la course, en Arctique. La Formule 1 n’était ici absolument pas visée a précisé l’organisation mondiale indépendante de défense de l'environnement sur son site.

« Ce grand prix est le plus grand jour de l'année pour Shell, expliquait Sabine Huyghe, l'une des militantes, avant l'action. Cette compagnie pétrolière a dépensé des millions d’euros pour avoir son logo partout à Spa-Francorchamps et pour divertir ses VIP. Mais elle ne veut surtout pas évoquer ses plans d’exploration pétrolière en Arctique. C’est pour cette raison que nous sommes là, pour montrer au grand public et aux fans de Formule 1 ce que Shell est vraiment capable de faire. »

L’opération a débuté vers 13h : juste avant la course, deux activistes, munis d'une bannière avec l’inscription « Artic Oil ? Shell No ! », ont survolé le circuit en parapente. Une heure après, une banderole de 20 mètres de long a été déployée du toit de la tribune principale. Mais le plus savoureux fût vers 16h, au moment de la remise des coupes aux champions : tandis que deux militants descendaient en rappel avec des affiches  « Congratulations ! Now help us to save the arctic.org », juste devant l’assemblée et le mur de logos Shell, deux bannières télécommandées sont apparues avec la mention savethearctic.org. Un des organisateurs a d’ailleurs vécu un immense moment de solitude en tentant de les enlever… un moment de solitude jouissif que Greenpeace a retranscrit sur le web en video.

En une journée, la video a atteint 200 000 vues. Un buzz vite écourté puisque cette dernière a soudainement disparu de YouTube suite à une plainte de copyright. Greenpeace soupçonne Shell d’être derrière tout ça. Selon l’organisation, Shell a pu jouer du fait que son nom lui appartient et qu’il est donc propriétaire aussi de tout contenu mentionnant son nom.

Greenpeace souhaite néanmoins prévenir Shell : Nestlé avait déjà tenté de supprimer une de leur vidéo et n’avait, à l’époque, récolté que des critiques virulentes sur les réseaux sociaux.

 

 

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.