habillage
actu_23852_vignette

Grenoble supprime l'affichage pub

Le 4 déc. 2014

Première en Europe et en France : la ville décide de démonter ses panneaux d’affichages pour les remplacer par des arbres.

Récemment élu maire de Grenoble, Eric Piolle affirme sa promesse de campagne qui consistait à réduire la publicité au sein de l’espace urbain de la ville. Que les Grenoblois se réjouissent, leur maire tient parole : il a décidé de ne pas renouveler le contrat qui prend fin le 31 décembre 2014 avec le groupe JCDecaux.

Même si cette décision ne concerne que les panneaux d’affichages, cela représente néanmoins un bon début,  d’autant plus que leurs squelettes métalliques ne resteront pas debout longtemps et seront démontés et remplacés par de jeunes arbres. La mairie prévoit qu’entre janvier et avril 2015, 326 panneaux publicitaires seront déboulonnés et une cinquantaine d’arbres plantés.

Si Grenoble est la première ville d’Europe à entamer cette conquête de l’espace urbain contre la publicité, elle n'est pas la première dans le monde.  Avant elle, Sao Paulo au Brésil signait en 2007 la loi « Ville propre » et arrêtait ainsi toute publicité en affichage public. En effet, l’architecture de la ville étouffait sous des couches d’affiches : plus de cinq millions pour vingt millions d’habitants. Mais tout comme Grenoble, si cela a amené un vent d’air frais à la ville, cette loi n’inclut cependant pas les abribus, les horloges publiques ou les métros. En 2012, JCDecaux remporte l’appel d’offres de la ville de Sao Paulo pour la conception, la fabrication, l’installation, la maintenance et l’exploitation publicitaire de 1000 horloges digitales pour une durée de 25 ans. Celles-ci diffuseront l’heure, la température et des informations municipales et culturelles aux citoyens.

D'après l'AFP, "à partir de janvier, la municipalité (de Grenoble) devrait également rencontrer les acteurs locaux (associations, acteurs culturels) pour "convenir avec eux des meilleurs lieux d'implantation du futur dispositif" laissant plus d'espace pour l'affichage libre, culturel et municipal." Peut-être des horloges publiques? 

Quoi qu'il en soit, l'heure du changement de supports publicitaires a sonnée.

 

 

Couverture Dossier de Presse

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.