habillage
premium
premium
actu_14212_vignette_alaune

Bacardi tatoue ses fans

Le 11 sept. 2012

Bacardi a fait appel à l'un des plus grands maîtres du tatouage traditionnel japonais, Horitaka, afin de graver à jamais l’emblème du dragon sur un de ces fans.

Dragon Berry est un savoureux mélange de Pitaya (fruits du dragon) et de fraise à base de rhum.  Il tire son inspiration directement de l’Asie et de ses légendes. Sa bouteille, aux lignes pures, est rehaussée d’un dragon, créature mystique vénérée au Japon car considérée comme l’ancêtre du premier empereur.

Tout comme le tigre et les légendes, le dragon a souvent inspiré de nombreux motifs de tatouages, une pratique considérée comme un art au Japon. Car si elle était au départ réservée aux criminels et exilés, vers le milieu du 18e siècle elle s’est popularisée avec la traduction en japonais du roman chinois Suikoden (Au bord de l’eau), qui contait les aventures d’hommes braves et courageux. Ces hommes, devenus le symbole de la résistance à un système corrompu, arboraient de grandes pièces.

Aujourd’hui, Bacardi offre à ses fans la possibilité d’incarner ses valeurs de puissance et de courage insufflés par ces grands hommes… et de se faire un peu de pub avec son « logo » tatoué à fleur de peau…

La marque a invité Horitaka un des grands noms des tatoueurs traditionnels japonais (Horitaka Horiyoshi III, Horiken II, Horihide…) à Amsterdam. Après avoir étudié l’art de l’irezumi pendant de longues années, il est aujourd’hui considéré comme une référence dans ce domaine. Horitaka a accepté de participer au concours The Mark of a Master qui offre la possibilité aux fans de se faire tatouer le fameux dragon de Dragon Berry par le maître.

Pour participer, il suffisait simplement d’envoyer par mail « Horitaka ». Le gagnant s’est fait tatouer en live en plein cœur d’Amsterdam le weekend du 8-9 septembre. Heureusement pour lui, Horitaka ne travaille plus à l'ancienne.

Pour promouvoir cet évènement, la marque a réalisé un court film avec l’agence Fitzroy. Celui met en scène l’artiste au quotidien : il nous parle de son métier, de ses influences, du projet. Un beau voyage dans un domaine artistique encore trop déprécié.

 

 

 

 

 

L'ADN - Le 11 sept. 2012
premium2
premium1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.