habillage
premium1
premium1
actu_16612_vignette_alaune

Art brut et sang frais

Le 29 mars 2013

Une étrange exposition est visible sur la toile : des peintures abstraites à première vue qui racontent la violence du commerce des armes à feu. Une campagne signée par les membres de la coalition mondiale "Control Arms".

« The Exhibition That Shouldn’t Exist » est une initiative des membres de la coalition mondiale Control Arms. Le nom de l’exposition fait référence à ce qui, dans un monde parfait, ne devrait pas exister. Si au premier abord, l’internaute ne voit qu’une succession de toiles sur lequelles une teinte rouge carmin a été projetée, la réalité est toute autre. Une fonctionnalité à la droite de chaque tableau permet d’en savoir plus, de découvrir la manière dont l’ « artiste » a procédé pour créer l’œuvre et surtout avec quel instrument il a travaillé. Ce qui se cache derrière ne s’apparente plus à de l’art. Un dispositif très fort.

Les tableaux seront exposés avec un système de QR Code au Museum Electricity à Lisbonne, puis envoyé au Control Arms de New York.

Une campagne qui, à l’origine, avait pour but d’attirer l’attention sur la Conférence Diplomatique aux Nations Unies qui a eu lieu le 18 Mars 2013. Cette conférence est le prolongement de la Conférence diplomatique qui s’est déroulée en juillet 2012 au cours de laquelle les États ont été sur le point d’adopter un traité sur le commerce des armes (TCA).

Chaque jour, des millions de personnes souffrent des conséquences directes et indirectes d'un commerce irresponsable des armes. Des milliers sont tués, blessés, violés et forcés de fuir leurs maisons par la faute d'un manque de rigueur dans le contrôle de ces transferts. Les membres de la coalition mondiale Control Arms souhaitent un traité international sur le commerce des armes

L'ADN - Le 29 mars 2013
premium2
premium2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.