premium 1
premium 1 mobile
pokémon go

Pokémon Go : entre succès et fails

Le 13 juill. 2016

Le jeu de réalité augmentée est sur toutes les lèvres depuis la semaine dernière, et Nintendo a de quoi se réjouir... malgré quelques ratés concernant la protection des données.

Disponible depuis le 6 juillet, le jeu fait fureur. Pour cause : Pokémon Go, développé par Niantic, permet, grâce à la géolocalisation, de partir à la chasse aux Pokémon dans le monde réel. A chaque fois qu’une petite bête se trouve à proximité, le smartphone de l’utilisateur vibre ; à lui d’essayer de l’attraper avec une Pokéball.

Pokémon Go

Déjà un succès international

Le jeu mobile n’a pas tardé à se hisser en tête des classements des applications gratuites. Une aubaine pour Microsoft, dont les actionnaires auraient déjà gagné plus de 6 milliards d’euros. Si l’application n’est officiellement disponible qu’en Australie, en Nouvelle-Zélande et aux Etats-Unis, nombreux sont ceux qui ont réussi à trouver des solutions, plus ou moins légales, pour se procurer le jeu depuis d'autres pays.

« Nous pensions que le jeu serait populaire, mais cela dépasse tout ce qu’on avait pu imaginer »

John Hanke, CEO de Niantic

D’après Forbes, Pokémon Go compte déjà plus d’utilisateurs actifs sur Android que Tinder, et serait en passe de rattraper Twitter.
24.5 %

Il n’en fallait pas plus pour que l’action de Nintendo augmente de 24,5% en début de semaine à Tokyo, pour atteindre les 180 euros : un record depuis 1983 pour l’entreprise nippone.

Un accès total à votre compte Google

Mais tout succès a son revers. En l’occurrence, une faille de taille risquait bien de freiner l’engouement des joueurs.

 

En effet, pour pouvoir jouer, il faut se créer un profil sur l’application ou se connecter avec son compte Google. Avec cette option, le jeu s’octroie tous les droits sur votre compte… C’est l’ingénieur Adam Reeve qui a lancé l’alerte sur son blog : selon lui, cela constitue un vrai risque. Cela signifie en effet que l’application peut voir et modifier toutes les informations de votre compte. En clair, l’application peut théoriquement lire vos e-mails, en envoyer de votre part, accéder à tous vos documents stockés sur le Drive de Google, à votre historique de recherche, à vos photos,… Quand on sait que Niantic est une startup anciennement rattachée à Alphabet, cela pose évidemment quelques questions…

 

Niantic n’a pas tardé à réagir, et a publié une réponse dans laquelle la firme explique travailler sur le sujet afin de résoudre ce problème.

D’autres risques

Plusieurs sites d’informations rapportent des débordements liés au piratage des données de géolocalisation. Certaines personnes mal intentionnées peuvent en effet en profiter pour traquer leurs victimes potentielles, ou au contraire savoir lorsqu’elles s’absentent de chez elles et pénétrer leur domicile. Des braquages auraient ainsi déjà eu lieu dans certains Etats américains…

Bientôt des optimisations ?

Les équipes de Niantic pensent déjà aux mois à venir. La réalité augmentée devrait connaître quelques améliorations. John Hanke explique ainsi qu’elle n’en est qu’au stade le plus basique, et que les joueurs devraient bientôt pouvoir customiser l’application. Il espère pouvoir proposer l’application sur des outils dédiés à la réalité augmentée : Google Glass et autres HoloLens devraient pouvoir faire des miracles à ce sujet…

Et pour les marques ?

David Jones, l'un des investisseurs de Niantic, laisse entendre que les marques pourraient bientôt elles aussi tirer profit du jeu. Des enseignes sont déjà devenues des PokéStops ou des Pokémon Gyms. D'autres n'hésitent pas à promettre la présence de Pokémons rares pour attirer les clients.

Les possibilités sont multiples. « Des restaurants pourraient délivrer des baies virtuelles, de vraies pharmacies pourraient distribuer des médicaments, les salles de sport pourraient devenir des Pokémon Gyms... Le potentiel est énorme ».

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.