bannière 2
bannière 2
premium1
marie kondo marchande de bonheur

Marie Kondo, Tony Robbins, Mo Gawdat : les nouveaux gourous du développement personnel

Le 31 août 2018

Vous pensez que le numérique a célébré la fin du règne des grands gourous ? Vous avez tort ! Les gourous sont toujours parmi nous… et vous vendre la recette du bonheur génère beaucoup, beaucoup de cash. 

Ils n’invoquent aucun dieu, ne se réclament d’aucun courant connu, mais, au gré de leurs parcours personnels, parfois douloureux, prétendent avoir développé une méthode, la leur, pour être heureux. La promesse de ces néogourous ultraconnectés ? Si vous suivez leurs recommandations à la lettre, vous gagnerez plus, réaliserez vos rêves et trouverez l’amour. Vous obtiendrez une sorte de version augmentée de vous-même : vous deviendrez vous mais en mieux. Mais n’espérez pas que cette pluie de grâces vous tombe du ciel. Selon eux, vous êtes le seul artisan de votre destinée.

Ces nouveaux marchands de bonheur cartonnent et séduisent des millions de personnes à travers le monde. Certes, on ne sait pas vraiment s’ils disent vrai : s’ils ont vraiment trouvé leur équilibre et leur joie. Ce qui est certain en revanche, c’est que pendant que vous tâchez de façonner votre bonne fortune avec vos petites mains et beaucoup de volonté, eux empochent des millions.

Tony Robbins : « I am not a guru »

Bras en croix, tête tournée vers les projecteurs, une voix rauque et puissante émane de sa large mâchoire. Tony Robbins aurait pu être une rockstar. Il en a le charisme, la stature (plus de deux mètres) et l’aura. Mais l’homme de 58 ans chante faux reconnaît-il. Son business ? Changer la vie des gens. En toute simplicité. Pourtant, il l’affirme : « I am not a guru. » Je ne suis pas un gourou. Si le bonheur n’a pas de prix, son business lui en a un.

 

I want to thank everyone who reached out following my last message to share your personal stories. I am overwhelmed with gratitude listening to your experiences. I'm humbled by the vastness of your love and the higher meanings you’ve made from the challenges you’ve faced in your own lives. The invincible human spirit continues to amaze me. . I've also been touched by those of you whom I’ve never had the privilege to meet, who reached out to share insights, opinions and fresh perspectives. . Ending pain and suffering for ANYONE and everyone has been my life’s mission for the past 40 years. I had to start with myself in order to get past the abuse in my own childhood. My core conviction is that, no matter what events may have happened to us: Our biography does NOT equal our destiny. . It’s been a privilege to work with so many diverse souls over the past four decades. With God’s grace, I will continue to listen, learn and serve many more. The past week has been a call to go within, and it has ignited an even deeper desire to understand, heal, bridge differences and connect to the gift of life we all share together. . With love & eternal gratitude, Tony

Une publication partagée par Tony Robbins (@tonyrobbins) le

L’Américain, autoproclamé « life coach » a, à son actif, plus d’une dizaine de best-sellers, vendus, en tout, à plus de 50 millions d’exemplaires à travers le monde. Son incontestable force de persuasion doublée d’une empathie virile font de lui une bête de scène lors de ses « psycho shows » qu’il anime aux quatre coins de la planète. Quatre millions de personnes ont déjà assisté à ses séminaires, et elles n’ont pas hésité à débourser de 450 à presque 5 000 euros pour obtenir une place. Outre les DVD, le public peut s’inscrire au master délivré par l’université de Tony Robbins pour un peu moins de 15 000 euros l’année. Si vous n’êtes pas encore convaincu, vous pouvez toujours rejoindre – gratuitement, profitez-en – ses 3,5 millions de fans sur Facebook.

« Cela va être bizarre. Je vais vous apporter des outils déroutants », scande Tony Robbins lors de ses séminaires. Si sa méthode est unique, c’est surtout parce qu’elle est empirique. On apprend ainsi, lors du séminaire, que Tony a eu une enfance difficile : son père parti sans laisser d’adresse, il a connu la faim, la précarité... Le coach personnel n’a pas eu non plus de figure maternelle stable. Même si, selon ses propos, il a eu « une mère formidable », elle était aussi complètement « fucked up », comprenez siphonnée. Mais un événement va changer sa vie. Un jour, alors qu’ils n’avaient rien à manger, un inconnu a déposé un panier-repas devant la porte de sa famille. Ému par ce geste de solidarité, Tony Robbins décide alors que lui aussi, un jour, il aidera sa famille et sa communauté. Aujourd’hui, le « programme pour découvrir qui l’on est » est fait « pour tous ceux qui ont faim, tous ceux qui en veulent plus ».

Le bonheur est dans le placard

L’exemple du pape Tony Robbins n’est pas isolé. Marie Kondō est aussi un OVNI du développement personnel. Ne vous fiez pas à son sourire ultra bright, ses robes tulipes et ses gilets col Claudine. Cette Japonaise est une redoutable femme d’affaires qui a bâti sa fortune en vous faisant plier vos chaussettes et vos petites culottes. Ne riez pas, à 33 ans, elle a réellement bâti son empire sur une technique de rangement : la méthode KonMari. Le concept ? Faire le ménage par le vide en gardant exclusivement ce qui vous procure « une étincelle de joie ». Derrière l’apparente légèreté du concept se cache des espèces sonnantes.

Avec des millions d’adeptes dans le monde, et un best-seller traduit en 35 langues, Marie Kondō s’est placée parmi les 100 personnalités les plus influentes du monde en 2015. Et depuis, la Nippone a encore étoffé son business. La KonMari Media Inc. est une véritable machine à cash. En plus de deux livres à succès, Marie Kondō a sorti une BD façon manga, un journal, et, surtout, une franchise : des cours de certification pour devenir conseiller ou conseillère Marie Kondō. Pour trois jours et 1 500 euros (hors billet d’avion et frais d’hôtel), vous pouvez, à votre tour, provoquer l’étincelle de joie chez vos clients et participer à la magie du rangement. Sans oublier les 500 euros supplémentaires demandés par la compagnie pour apparaître sur le répertoire officiel des conseillers KonMari.

No pain in brain

Coaching musclé ou rangement par le vide… quelle que soit la méthode utilisée, la neuroplastie – la capacité du cerveau à renouveler ses mécanismes – est omniprésente chez les nouveaux gourous. Joe Dispenza, lui, en a fait son fonds de commerce. « Nous sommes plus que des esprits linéaires », déclare celui qui a étudié la chiropraxie à l’université holistique Life à Atlanta.

L’auteur de nombreux livres sur l’autoguérison et l’effet placebo explique aujourd’hui sa théorie lors de workshops et de teleclass à 9,99 dollars par mois. Les places pour ces retraites organisées dans de nombreux pays sont souvent vendues longtemps à l’avance. Avis aux amateurs, la prochaine date française est accessible au prix de 300 euros, payable par PayPal. Si l’idée du séminaire ne vous plait pas, votre attention se reportera peut-être sur l’un des CDs audio-book, mélangeant musique et vibrations, astucieusement déclinés pour votre animal de compagnie. Ou peut-être préférerez-vous afficher vos convictions sur l’un des vêtements disponibles à la vente, la casquette « faire que votre esprit compte » ou le T-shirt « becoming supernatural », à partir de 25 dollars.

Pour être happy, suivez l’équation !

Mo Gawdat, ancien ingénieur de Google X, se consacre aujourd’hui à rendre heureux 1 milliard de personnes. Côté réussite sociale, ce nouveau gourou du bonheur avait tout pour être heureux : un poste au sein de l’une des entreprises les plus stimulantes du monde, un salaire faramineux et des stock-options. Pourtant, un événement va marquer un tournant dans la vie de cet ingénieur originaire d’Égypte. Son fils Ali décède en 2014, sur une table d’opération. Loin de le tirer vers le bas, ce choc va le convaincre d’une chose : le bonheur n’est ni plus ni moins qu’une équation. « Le bonheur est supérieur ou égal à votre perception des événements de la vie, moins vos attentes quant au déroulement de la vie. » En d’autres mots, moins vous avez d’attentes, plus vous serez heureux.

Transcende-toi toi-même

Plier ses chaussettes, reprogrammer son cerveau, suivre l’équation du bonheur… À l’heure de la surabondance, pourquoi veut-on croire que se séparer de tout, ou presque, pourrait nous rendre heureux ? Face à un monde plus visiblement tentaculaire, on commence à craindre avoir perdu l’essentiel. Si soutenir que le bonheur dépend essentiellement de soi, de sa manière de vivre son « ici et maintenant » n’a rien de si nouveau, cela a quelque chose de particulièrement rassurant aujourd’hui : « Oui, je plie mes chaussettes, et je suis entièrement concentré sur mon bonheur pendant que je le fais ! »

Au moment où l’on ne peut plus douter que nous sommes bel et bien plongés dans le silence de l’espace infini dont on ne sait ni d’où il vient, ni où il va… trouver sa joie dans son placard est effectivement fichtrement rassurant. Ces méthodes qui apportent une réponse bien ancrée dans le concret soulignent surtout que le virtuel n’a pas, malgré le trop-plein qu’il nous propose, réussi à combler nos angoisses existentielles. Est-ce à dire que ces nouveaux gourous bien lestés dans leurs millions ont trouvé une recette qui fonctionne ? 

En tout cas, ça vous coûtera cher de le tester.

 

Cet article est paru dans le numéro 15 de la revue de L'ADN, Génération(s). Pour vous procurer un exemplaire, Acheter la revue de L'ADN Génération .

 

À VOIR

Le site de Tony Robbins : tonyrobbins.com

Le site de Marie Kondō : konmari.com

Le site de Joe Dispenza : drjoedispenza.com

 

À LIRE

Mo Gawdat, La Formule du bonheur. Des résolutions pour être heureux ! Larousse, 2018.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

L'actualité du jour