premium 1
premium 1
Freshr Logo

Vent de Freshr contre l’infobésité

Le 10 mai 2017

Freshr, un chatbot d’actualités à destination des moins de 25 ans, veut libérer les millennials du gavage d’oie informatif dont ils sont victimes.

Si, lorsque l’on vous propose un macaron, vous pensez instinctivement : plus jeune président élu sous la Vème République, c’est que vous êtes en pleine indigestion médiatique. Optez donc pour Freshr, un chatbot d’actualités accessible via Messenger et qui permet, chaque matin, d’avoir un résumé succinct des news du jour.

Lancé fin février, ce régime minceur de l’info se fixe un objectif : aider les millennials, bombardés d’informations, à décrypter l’actualité en moins de deux minutes. « C’est essentiel dans notre milieu, commente Dylan, l’un des co-fondateurs, parce qu’on est régulièrement amené à discuter de sujets d’actu. »

Freshr se veut donc être un intermédiaire entre la presse traditionnelle qui, selon Dylan, propose des « articles trop longs, trop compliqués » et les réseaux sociaux qui n’offrent pas la possibilité d’aller en profondeur : « L’actu vient à nous, elle est courte mais les titres ne suffisent pas à comprendre ce qu’il se passe. »

Parler aux millennials

Utilisation du tutoiement et des smileys, le ton employé par l’équipe se veut en adéquation avec la cible visée. « Freshr est destiné à un public de moins de 25 ans, détaille Dylan. Curieux et ouverts d’esprit, la plupart ont fait des études supérieures. » La ligne éditoriale, quant à elle, a été affinée d'après une enquête réalisée auprès des lecteurs : « On a appelé nos 100 meilleurs utilisateurs. Au final, deux profils sont apparus. Entrepreneur/start-up/digital d’un côté, et finance/business de l’autre. »

Objectif : 100 000 utilisateurs d’ici la fin d’année

Reste la question du business model.

Si, pour le moment, Freshr n’a pas de rentrées d’argent, l’équipe travaille sur un système de contenu affilié. « Parfois, illustre Dylan, on va proposer des articles sur des produits qui viennent de sortir, par exemple. » Précision toutefois : « ce ne sera pas de la publicité agressive mais ciblée, qui intéresse nos utilisateurs ! », promet-il.

Afin d’attirer les marques, la communauté doit grossir. De 7 500 utilisateurs actuellement, Dylan aimerait atteindre les 100 000 d’ici la fin de l’année.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.