habillage
premium1
actu_28620_vignette_alaune

MadeleineProject : une vie racontée sur Twitter

Le 10 nov. 2015

Clara Beaudoux a découvert dans sa cave les affaires de la locataire qui occupait son appartement précédemment : Madeleine, qui aurait eu 100 ans en 2015, dont l’histoire a été partagée sur Twitter. Un récit plein de charme qui invente un autre format d'écriture. Interview.

La semaine dernière, vous avez peut-être suivi sur Twitter l’histoire de Madeleine, racontée par la journaliste Clara Beaudoux avec émotion et précaution. Lorsqu’elle pénètre dans sa cave pour la première fois, elle n’imagine pas tout ce qu’elle va y trouver : la vie, en condensé, de sa précédente locataire. Photos, lettres, livres, carnets… Deux ans après ces découvertes chargées d’Histoire et de souvenirs, elle décide de les partager sur Twitter. « Quand j’ai commencé, je pensais faire un petit truc dans ma cave. Ça a pris une ampleur qui m’a dépassée, tant sur ce que j’y ai trouvé que sur l’engouement rencontré ».

Car l’histoire de Madeleine emballe, et les lecteurs participent au récit. « Ils ont mené l’enquête avec moi, et depuis des généalogistes m’appellent, des relieurs… ». Quand elle se lance, Clara Beaudoux n’imagine pas toucher autant de monde. « J’avais bien conscience d’utiliser un outil public, mais j’aurais pu faire ça dans mon coin sans que personne ne s’en rende compte. Je viens du site web de France Info : j’ai pratiqué le live tweet pendant des années sur de l’actualité. J’aime le format d’une photo et d’une légende, même en 140 caractères on peut exprimer plein de choses. C’est un langage qui m’est assez naturel ». Appliqué à un sujet qui relève plus du documentaire que de l’actualité, cet outil d’instantanéité et de rapidité donne lieu à un format inédit, sorte de « docutweet ».

Et la confrontation de ces deux générations fonctionne très bien. « Elle notait tout dans de petits carnets, elle se prenait beaucoup en photos… On a presque l’impression qu’elle aurait aimé les réseaux sociaux », explique Clara Beaudoux.  

Avec le #MadeleineProject, cette vie oubliée fait de Madeleine un personnage public. « Ça pose plusieurs questions : est-ce que j’ai le droit de faire ça ? Dois-je contacter son filleul, qui m’avait donné l’autorisation de vider la cave ? »

L’histoire va-t-elle continuer et dépasser la frontière du numérique ? Clara Beaudoux en a l’envie. « J’y réfléchis. Ce qui est sûr, c’est que si le projet continue, il faut faire les choses bien. C’est une drôle d’histoire, très émouvante, et il y a une responsabilité à assumer si on la prolonge ».

Affaire à suivre…

 

Pour lire l’histoire de Madeleine dans son intégralité, c’est ici.


 

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.