3062454-poster-p-1-how-to-get-a-match

La sociologue de Tinder prend la parole

Le 21 sept. 2016

Jess Carbino est sociologue chez Tinder, elle nous livre les usages et les freins que connaissent les utilisateurs.

 

Une étude parue en juillet dernier révélait que les hommes ont plus tendance à « swiper » à droite (pour valider un profil donc) mais parlent moins lorsque la connexion se fait. A contrario, les femmes « swipent » moins à droite mais parlent plus aux personnes avec qui elles ont l’occasion de le faire par le prisme de l’application. La sociologue suggérait dans un article de Business Insider que ces conversations peinent à démarrer lorsqu’il n’y a pas assez de détails dans la bio d’un profil… tout simplement.

Cette année, la sociologue confiait également au magazine Fast Company qu'après avoir analysé 12 000 photos publiées sur l'application, 141 variables avaient été détectées : selfie, sens du regard, style vestimentaire... Parmi les enseignements, la sociologue avait par exemple conclu que 72% des profils analysés portaient des couleurs neutres alors que l'enjeu est de se démarquer avec des couleurs vives "c'est totalement contre intuitif. Si vous voulez sortir du lot, oubliez cette petite robe noir et misez sur une robe fuchsia" confiait-elle alors au magazine.

Oubliez la dose de mystère séductrice. La sociologue est cash sur le sujet : tout dire, tout de suite, et se démarquer avec des couleurs vives. Le mystère n’est définitivement pas pour Tinder... mais cela pourrait bien être pour durer. La sociologue confie également que 80% des utilisateurs sondés ne cherchaient pas un "plan d'un soir", mais un relation durable.

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.