habillage
premium1
pills

Facebook veut vous libérer de votre bulle sociale

Le 26 avr. 2017

Dans le but de faire éclater ces bulles cognitives qui enferment les internautes dans leurs sphères de connaissances, Facebook teste une nouvelle fonctionnalité.

Chiffres erronés, fake news et faits alternatifs nous sont servis par des algorithmes qui connaissent nos préférences, mais sont incapables de distinguer le vrai du faux. Dans cette immense bouillabaisse servie en flux tendu, comment faire preuve de discernement ? Sommes-nous soumis à une manipulation pernicieuse délivrée par des tiers ? Francis Bacon répondrait : « Nous déclarons aimer la vérité, en vérité nous déclarons vrai les idées que nous aimons. » Et aussi troublant que cela puisse paraître, notre cerveau lui-même ne nous aide pas toujours, et nous pousse à accorder peu d’importance à la vérité.

«  Nos connaissances sont externalisées, notamment par notre accès au réseau. Très vite, par un clic ou un autre, nous sommes enfermés dans des bulles cognitives où les articles correspondent à ce que nous aimons déjà. Dans la pratique de la presse nous voulons rencontrer des idées conformes à nos idées. Un homme de gauche n’ira pas acheter Le Figaro, un homme de droite ne lira jamais Libération. Et sur Internet c’est beaucoup plus fort. Nous sommes enfermés dans des bulles sans contradiction avec nos croyances. Cela pose la question des limites objectives de la connaissance dans nos sociétés », expliquait Étienne Klein, au Forum Européen de Bioéthique de 2017.

Aussi, pour un peu plus de clairvoyance sur le réseau, Facebook a décidé d’ajouter des articles connexes. Par articles connexes, il ne faut pas entendre des articles traitant de l'exact même sujet, mais du même thème. Une forme de complément d’information en somme. Ces articles apparaîtront dans le News Feed juste après le texte initial.

« Cela devrait permettre au public d’accéder plus facilement à des perspectives et des informations supplémentaires, dont des articles rédigés par des tiers faisant un travail de vérification des faits. », précise la newsroom de Facebook. « Par exemple, si un article traite d’une avancée médicale, nous proposons, en dessous, quelques autres articles de différents éditeurs sur le même sujet. Il s’agit d’un des nombreux tests sur lesquels nous travaillons pour améliorer les expériences des utilisateurs sur Facebook. Nous allons apprendre à partir de ce test et l’optimiser, toujours dans cette volonté d’améliorer le produit pour tous. »

Commentaires

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.