Manichéisme, indignation, clickbait : la formule magique d’AJ+ décryptée

La verticale jeune et progressiste d’Al Jazeera cartonne sur les réseaux. Son secret ? Baser ses sujets sur l'émotion, et notamment la colère.

Apparue en 2017, AJ+ s’est fait une place à part dans les médias vidéos destinés aux jeunes internautes. Avec un format de vidéo calqué sur Brut ou Loopsdider, le média issu de la maison-mère qatarie Al Jazeera peut s'enorgueillir de très bons résultats. La Revue des Médias qui a analysé le fonctionnement de cette « verticale » fait état d’une page Facebook suivie par plus d’un million et demi d’internautes, une chaîne YouTube qui rassemble près de 230 000 abonnés et cumule près de 20 millions de vues, mais aussi entre 120 000 et 250 000 abonnés sur Twitter et Instagram. 

Des gentils biens gentils et des méchants très méchants

Pour expliquer ce succès, le collectif de chercheurs Géode a décrypté pour la Revue des médias, la ligne éditoriale d’AJ+ ainsi que la tonalité des articles. En étudiant les publications Facebook et Twitter depuis trois ans, l’article démontre que les sujets les plus abordés sont l’antiracisme, notamment envers les personnes noires et les femmes musulmanes voilées, les conflits armés dans le monde arabo-musulman, les questions environnementales et enfin, les violences policières. Les partis-pris très manichéens sont toujours assumés avec des victimes d’un côté, bien souvent des femmes racisées ou des migrants, et des coupables, à savoir la police, l’État, ou tout simplement les « Blancs ».

Jouer sur les émotions du lectorat

Les choses deviennent vraiment intéressantes quand le collectif Géode explore la tonalité du média. Pour maximiser le taux d’engagement, c’est-à-dire les likes, les partages et les commentaires, AJ+ angle ses vidéos sur trois émotions distinctes. L’admiration, avec des portraits d’hommes ou de femmes engagés, le rire avec des vidéos satiriques, et bien évidemment la colère et l’indignation. Les sujets arrivant à combiner deux émotions contradictoires remportent souvent le gros lot en matière de clics. Le tout est enrobé de titres clickbait avec des questions posées ou un élément de suspense. 

Commentaires

À lire aussi

Ce site utilise Google Analytics.