Pendant la pandémie, les médias misent sur les bonnes nouvelles

Sur les réseaux sociaux comme chez les médias traditionnels, les jolies histoires qui font du bien au moral nous aident à traverser la crise.

Avec le climat hyper anxiogène véhiculé par la pandémie de Covid-19, notre besoin de bonnes nouvelles est plus fort que jamais. Pour preuve, Google a enregistré un pic de recherches pour la requête « bonne nouvelle » le 14 mars 2020, juste avant le confinement en France. Alors qu’on s’inquiétait tous pour notre santé mentale durant cette période inédite, même l’OMS recommandait d’amplifier les good news. L’agence sanitaire des Nations Unies indiquait à titre d’exemple de partager les belles histoires de patients guéris de la maladie.

Des stars et des bonnes nouvelles

Message reçu 7 sur 7 par l’acteur américain John Krasinski. La star de la série The Office a lancé la chaîne YouTube « Some Good News ». Lors de chaque émission hebdomadaire tournée dans son salon, l’acteur partage les belles histoires de son pays : les guérisons, les démonstrations émouvantes de solidarité, les mariages sur Zoom, les retrouvailles avec les grands-parents, etc. Avec son esthétique DIY plus qu’assumée, la chaîne a réuni 2,58 millions d’abonnés en seulement 2 mois d’existence. Un véritable carton outre-Atlantique. Le premier épisode de la série avec Steve Carell en guest star cumule même 17 millions de vues. Le succès est tel qu’après 8 épisodes, John Krasinski a vendu le concept de Some Good News à ViacomCBS.

Des infographies qui font du bien

Ailleurs sur web aussi, les bonnes nouvelles ont la cote. Beautiful News Daily, le projet du designer David MCCandless à l’origine de Information is Beautiful, partage chaque jour une bonne nouvelle en format infographie. Et ça plaît !

La positive attitude dans les médias

Dans les médias traditionnels aussi, la tendance est à la positivité. Dès le mois de mars, Mark Rice-Oxley, rédacteur en chef du Guardianécrivait que « jamais autant d’optimisme n’avait été publié et lu. » Une formule qui se vérifie dans d’autres médias. Le quotidien britannique The Telegraph a ainsi créé la rubrique Coronavirus Positive, consacrée exclusivement aux histoires qui font du bien au moral. Garanti sans news anxiogènes. Chez Elle UK aussi, on liste les histoires positives qui nous ont échappées pendant qu’on avait les yeux rivés sur le décompte des victimes. Idem sur le média web i-D de Vice où les lecteurs ont vu apparaître le « Coronavirus good news bulletin ».

Dès le début de l’année, le rapport Future 100 de Wunderman Thompson annonçait le retour de l’optimisme parmi les tendances de l’année. Une pandémie plus tard, il semblerait que la positive attitude soit plus que jamais de mise.

À lire aussi

Ce site utilise Google Analytics.