habillage
premium1
robotpdg-min

Les IA seront les CEO de demain

Le 28 avr. 2017

« Dans 30 ans, un robot sera probablement présenté en couverture du Time Magazine comme meilleur PDG », estime Jack Ma le fondateur d’Alibaba.

Cette semaine a lieu, comme chaque année, la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCE). En anglais, UNCTAD, pour United Nations Conference on Trade and Development. Elle a débuté le 24 de ce mois et se terminera le 28 avril.

Parmi les personnalités présentes, Jack Ma, Fondateur et Président exécutif du groupe Alibaba, première entreprise mondiale de commerce en ligne, dont la mission est de faciliter le commerce partout dans le monde. Lors d'une conférence sur l'e-commerce, l’homme a tenu un discours étonnant devant l’assemblée : « les trente prochaines années vont être très pénibles… et nous verront des robots devenir CEO ». Une intuition qu’il justifie par le fait que nombre de dirigeants seront bientôt remplacés par des robots. Une nouvelle forme d’économie qui s'explique par l’influence croissante des technologies et qui pourrait s’avérer « pénible » pour nos sociétés. «Le monde doit se préparer à traverser un océan de souffrances, ponctuées de conflits sociaux, ces trois prochaines décennies.»

D’ici 30 ans, selon lui, la technologie entraînera des disruptions importantes sur le plan économique et sur le marché du travail. Les différents gouvernements doivent donc procéder aux adaptations qui s’imposent, notamment en matière d’éducation afin que les générations futures soient mieux armées. «Il faut davantage démocratiser Internet et la vente en ligne, avec l'aide du secteur privé et en dialoguant avec les gouvernements. Sinon, cela ira très mal pour le développement économique mondial.»

Des prévisions qu’il avait déjà émises par le passé et qui n’avaient pas eu l’impact, ni le relai souhaités, du fait de sa faible notoriété, estime-t-il.

 «Le cerveau humain est incapable de traiter, seul, la quantité de données de masse produites chaque jour. La montée en puissance des robots et de l’intelligence artificielle est donc inéluctable», avait-il prévenu dimanche passé. Mais les machines ne doivent pas remplacer ce que le cerveau humain peut faire. Le secteur de la robotique devrait se concentrer sur des activités qui sont en dehors des capacités de l’homme. La machine pourrait devenir de la sorte un partenaire plutôt qu’un rival. »

Jack Ma, l’un des entrepreneurs les plus reconnus au monde, a été nommé Conseiller spécial de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) pour l’entrepreneuriat des jeunes et les petites entreprises l’année dernière. Dans ce rôle de Conseiller spécial, il s’emploie à défendre les initiatives destinées à faciliter la participation des jeunes entrepreneurs et des petites entreprises, en particulier des pays en développement, au commerce mondial, et à faire connaître le Programme de développement durable à l’horizon 2030.

« M. Ma est un pionnier influent et respecté de l’ère Internet, un innovateur, un entrepreneur et un philanthrope », a déclaré le Secrétaire général de la CNUCED, Mukhisa Kituyi. « Son approche visionnaire de l’entrepreneuriat, sa soif d’apprendre et la foi qu’il a en un monde meilleur font de lui un ambassadeur de choix pour la CNUCED. Ensemble, nous pourrons aller à la rencontre des communautés qui se sentent oubliées dans le monde actuel, porteurs d’un message d’espoir ancré dans l’autonomisation. »

Jack Ma fait également partie du groupe des défenseurs des Objectifs de développement durable. Entrepreneur, enseignant et philanthrope chinois de premier plan, il est aussi membre du conseil d’administration de SoftBank Corp. Il conseille activement de nombreux gouvernements et institutions d’affaires, notamment le Premier Ministre du Kazakhstan, et est membre du Conseil de développement économique de Singapour. En 2014, il a été élu au Conseil de fondation du Forum économique mondial.

La CNUCED aide les gouvernements des pays en développement à promouvoir l’initiative privée, notamment des petites et moyennes entreprises et des jeunes entrepreneurs, afin qu’ils soient en mesure de soutenir la concurrence internationale.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.