premium 1
premium 1 mobile
station F locaux

À Station F, Thales veut forger le futur de la cybersécurité

Le 27 nov. 2017

L’expert en cybersécurité rejoignait récemment l’incubateur de startups de Xavier Niel pour accompagner 9 jeunes pousses spécialisées dans le domaine. Interview avec Jean-Yves Plu, Directeur du Programme.

En octobre dernier, Thales dévoilait le nom de 9 startups triées sur le volet pour rejoindre pendant six mois son programme de cybersécurité à Station F. L’objectif, accélérer leur développement en y injectant ses expertises sur les marchés clés de l’aérospatial, de l’espace, du transport terrestre ou encore de la défense et de la sécurité.

Thales chez Station F : « la créativité et l’agilité des startups d’un côté, l’expérience et l’accès aux marchés d’un grand groupe de l’autre. » 

Après un long processus de sélection, 4 startups françaises et 5 internationales (Pologne, Israël, Suisse, Etats-Unis et Pays- Bas) ont été retenues sur la base de différents critères.

« Le caractère innovant de leur positionnement en est un premier. », explique Jean-Yves Plu, Directeur du Programme Cybersécurité à Station F, à L’ADN. « Nous les sélectionnons ensuite au sein de secteurs où il y a d’importants besoins en cybersécurité. Ce sont généralement des startups très technos qui ont déposé des brevets, cette caractéristique est souvent un gage de réussite et de pérennité. On recherche enfin une double-complémentarité, entre l’offre de Thales et la leur. C’est cette hybridation des solutions qui crée un maximum de valeur et que nous recherchons. », poursuit-il.

À l'issue de ces 6 mois d’accompagnement et grâce aux retours clients exprimés sur les démonstrations de concept, Thales vise la signature d’accords commerciaux entre les startups et les entités business du groupe. Parmi les besoins du marché que l’entreprise entend pallier, la gestion de la sécurisation, de l’authentification et de l’accès aux terminaux mobile, la protection des données dans le champ des applications ou encore l’analyse de vulnérabilité des entreprises face aux cyberattaques.

« Il y a une logique de partenariat basée sur l’apprentissage mutuel : nous essayons de tirer parti du meilleur des deux mondes, la créativité et l’agilité des startups d’un côté, l’expérience et l’accès aux marchés d’un grand groupe de l’autre. », observe Jean-Yves Plu. « Nous nous acculturons à une autre façon de travailler, celle des startups. Et réciproquement, ces dernières retirent aussi des bénéfices à travailler avec nous ! »


En savoir plus sur les startups retenues :

  • Inpher : spécialiste du cryptage, la startup travaille sur l’application du « big data » et du « machine learning »
  • KeeeX : spécialiste de la blockchain
  • Multisense B.V, spécialiste en multibiométrie et en solutions logicielles
  • La plate-forme de Bug Bounty de Yogosha
  • QED-it, startup à l’origine de la plateforme Zero Knowledge Blockchain
  • Skeyecode, qui offre une solution d’authentification sécurisée à double facteur
  • Alsid, concepteur de solutions de cyberdéfense
  • Nethone, profileur d’utilisateurs spécialisé dans le renseignement commercial
  • Biowatch, qui développe une technologie biométrique portable basée sur la reconnaissance des veines

Ce programme nous permet de créer de la valeur et d’accélérer la transformation digitale du groupe, nous en faisons un levier d’innovation et un booster de notre position concurrentielle.

- Jean-Yves Plu, Directeur du Programme Cybersécurité à Station F

Un programme d’innovation collaborative au cœur de la stratégie de marque de Thales

« La transformation numérique est une priorité extrêmement importante pour le groupe. », souligne plus loin Jean-Yves Plu. La preuve, 1 milliard d’euros auront été dépensés en trois ans dans les domaines de la connectivité, du big data, de l’intelligence artificielle et de la cybersécurité. Et cela sans compter les 150 millions d’euros qui devraient être investis sur trois ans pour la Digital Factory, plateforme numérique du groupe dédiée aux services industriels officialisée en juin dernier.

À l’horizon 2018, cette dernière devrait même recruter 150 experts mondiaux spécialisés dans des technologies clés, lesquelles seront placées au service des 5 grands marchés du groupe (aérospatial, espace, transport terrestre, défense, sécurité). Un nouvel écosystème d’experts qui promet de profiter aux collaborateurs de Thales comme à ses clients et entend, à l’avenir, accélérer l’intégration de ces technologies dans ses offres.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.