premium 1
premium 1 mobile
enceinte vocale

Assistants vocaux : quelle stratégie de référencement vocal adopter pour les marques ?

Webedia
Le 7 sept. 2018

Siri, Cortana, Alexa... L'arrivée des assistants vocaux sur le marché obligent les marques à repenser leur contenu. Comment s'adapter ? La réponse de Content Shaker. 

Même si le marché est encore timide en France, les assistants vocaux ont déjà séduit le coeur et le salon de milliers de foyers américains. Selon l'IFOP, 1 foyer sur 5 outre-Atlantique possède une enceinte connectée. Déjà en 2014, 55% des adolescents et 41% des adultes affirmaient utiliser la commande vocale une fois par jour. La voix devient une nouvelle interface pour se connecter à Internet. Et le phénomène prend de l'ampleur. 

« Ok Google, c'est quoi la reconnaissance vocale ? »

De quoi parle-t-on exactement lorsque l'on parle de commande vocale ? Content Shaker précise que la « recherche vocale englobe toute technologie de reconnaissance vocale permettant à un utilisateur d’effectuer une recherche via une commande vocale, par exemple sur son téléphone ou tout autre appareil équipé de cette technologie ».

Lorsque l'on parle d'assistants personnels, on pense tout de suite à Siri ou Alexa. Mais dorénavant, de nombreux autres appareils sont équipés de la technologie de reconnaissance vocale, de la montre connectée, au thermostat intelligent. Et même, des casques de moto. 

La facilité du dialogue entre la machine et l'homme n'est plus de la science fiction. Google a même annoncé en 2016 que 20% des recherches effectuées depuis un mobile avaient été formulées à l'oral. L'entreprise d'analyse publicitaire américaine ComScore prédit qu'en 2020, la moitié des recherches se fera par le biais de la voix. 

Quel impact pour le référencement des marques ? 

Produire du contenu vocal est une chose. Bien se faire référencer en est une autre. Il existe quelques règles à suivre. 

  1. Utiliser un langage naturel et optimiser la longue traîne

Contrairement aux requêtes au clavier, les demandes vocales sont plus naturelles. De plus, 43% des utilisateurs affirment commander par la voix lorsqu'ils ont les mains prises et 36% affirment l'utiliser en voiture. Alors que pour le SEO, il est possible de se positionner sur un mot précis comme « météo » ou « prévision météo », à l'oral, les demandes doivent être concrètes comme « Quelle est la météo aujourd'hui » ou « dois-je prendre un parapluie ? »  

marketing-quel-orig-1.jpg" alt="SEO vocal" width="1132" height="788" />

2. Viser la position zéro

Lorsque vous effectuez une recherche sur Google, plusieurs page de contenus sont disponibles. Mais avec les assistants vocaux, la donne est différente. Vous devez absolument viser la position zéro, c'est à dire être le premier sur une requête.

Cette position nécessite de prendre en compte de nombreux éléments pour répondre aux critères du « RankBrain », ce système d'apprentissage reposant sur l'intelligence artificielle de Google, comme la structuration des contenus, la popularité thématique ou encore des critères SXO. 

3. SEO vocal

Un des effets inattendus de la production de contenus pour les assistants vocaux est l'importance donné au local. D'une part, la grande majorité des utilisateurs utilise la géolocalisation activée lorsqu'il utilise le service. Et d'autre part, Google peut utiliser cette géolocalisation dans ses résultats. 

Exemple : si vous demandez « Où est-ce que je peux manger une bonne pizza près du bureau ? », Google interprète « bonne » par meilleure en proposant des pages qui classent les restaurants et a traduit « près du bureau » en localisant ma position. Moralité : travaillez le SEO local. 

Retrouvez l'intégralité de l'article sur Content Shaker.  

 

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.