habillage
photo de la salle des tedxparis

TedxParis 2017 : ralentir pour mieux penser le futur

L'ADN
Le 20 nov. 2017

Les interventions brillantes du TedxParis 2017 ont fait vriller nos cerveaux avec un mot d’ordre : hâtons-nous lentement.

Pour cette soirée au Grand Rex, lundi 6 novembre, nous avions rechargé nos smartphones à bloc, pour tweeter en direct les citations les plus percutantes des intervenants de TedxParis 2017.

Il s’agit de la 9e édition parisienne des TED Talks, cette série de conférences qui fait monter sur scène les personnes les plus inspirantes de notre époque. Nous sommes prêts-es à partager leurs fulgurances avec tous nos followers.

Mais la voix de la journaliste radio Pascale Clark calme rapidement nos ardeurs : « Tant pis pour les trending topics, merci d’éteindre vos portables ». Nous sommes appelés-ées à nous concentrer sur le moment présent, plutôt qu’à soigner notre réputation sur internet.

Après tout, rien de plus logique pour une soirée intitulée « Slow ».

Nous voici donc plongés-ées dans le noir, comme au cinéma. Sauf qu’au lieu de se laisser endormir par le film, notre cerveau va être sollicité comme jamais. Les intervenants-es se succèdent pour interroger, chacun-e dans leur domaine, la vitesse, nouvelle drogue du XXIe siècle.

Faire une pause et dormir

Impossible de tout retranscrire ici, mais les vidéos de cette soirée seront postées en ligne. Nous pourrons donc prendre le temps de les visionner et de faire pause autant que nécessaire.

Et si, pour mieux digérer chacune de ces réflexions, on commençait par dormir tout notre soûl ?

Dans les années 80, la virilité et l’efficacité passaient par la cigarette, nous rappelle Hugo Mercier, cofondateur de Rythm, dont le bandeau connecté améliore la qualité du sommeil. Aujourd’hui, montrer que l’on est productif, c’est dormir très peu et le répéter souvent.

« Donald Trump est très fier de dire qu’il ne dort que 4 heures par nuit ! », s’amuse Hugo Mercier. Est-ce que ça l’aide à prendre de grandes décisions ? Chacun-e sera juge, mais une chose est sûre, le manque de sommeil n’est pas sans conséquence sur notre santé.

Ne rien faire, est-ce ne faire rien ?

Deuxième étape : accepter de ne rien faire pour faire le vide en soi. Etienne Klein, directeur du Laboratoire de recherche sur les sciences de la matière du CEA (LARSIM) et docteur en philosophie des sciences, débute sa réflexion par une phrase que l’on répète souvent : « Je n’ai envie de rien. »

Autrement dit, « Je Néant Vide Rien ». Déprimant ? Au contraire !

Un passage par la physique quantique (qui, avec lui, est étonnamment limpide), permet d’arriver à cette conclusion : le vide, plein de potentialités, est loin d’être le néant. Faire le vide, est en réalité la meilleure façon de faire le plein. Acceptons de ne rien faire, pour mieux nous ressourcer !

photo du public de TedxParis

Tirer le meilleur parti des innovations

Se voir exposer la physique quantique, et enchaîner sur le bitcoin, vous craignez de ne plus suivre, même si les jeux de mots fusent ? Accrochez-vous, ça en vaut la peine.

Primavera de Filippi, chercheuse au CNRS et confondatrice du groupe de travail sur les technologies blockchain (COALA), nous explique que cette monnaie virtuelle ne repose plus sur la confiance dans les banques ou dans les Etats qui en assurent la valeur, mais sur des preuves de transactions calculées par des ordinateurs décentralisés.

Malheureusement, aujourd’hui, les monnaies virtuelles sont d’abord utilisées pour faire de la spéculation. Pour Primavera de Filippi, nous reproduisons avec elles les erreurs du système ancien. Si les bonnes personnes prenaient le temps de comprendre cette technologie, nous pourrions trouver bien des utilités à ces nouvelles monnaies !

Et pourquoi pas en testant leurs effets sur Gaia, la planète Terre virtuelle, co-développée par Alexandre Cadain, le chercheur qui voit en l’intelligence artificielle une chance plutôt qu’une menace.

Le programme de simulation Gaia permet d’observer comment de nouvelles idées affectent la réalité. Une façon d’expérimenter le futur, avant de le mettre en pratique !

Passer notre temps à jouer

Parmi les récits les plus marquants de la soirée, il y a bien sûr celui de Rania Mustafa Ali, jeune réfugiée syrienne, qui a fui Raqqa en 2015, alors que cette dernière était entre les mains de l’Etat Islamique.

Son message : nous avons la chance ici que le temps ne soit pas un compte à rebours qui menace à chaque instant de nous tuer, mais une opportunité pour créer. Alors, usons bien de ce temps.

Comment passer sur scène après un tel témoignage ? Jean-Baptiste Huyn y parvient avec brio, en nous embarquant dans sa passion pour les mathématiques.

Cet ancien professeur, cofondateur de Dragonbox, nous démontre comment un jeu de cartes virtuel permet à de très jeunes enfants de faire des équations beaucoup plus facilement et avec plaisir.

À TedXParis 2017, une idée ne chasse pas l’autre. Au contraire, les contributions s’enrichissent mutuellement.

Le monde n’est pas moins beau qu’hier

Alors, peut-on rester optimiste ? Le collectif d’artistes Catastrophe nous y encourage : « Le monde n’est pas moins beau qu’hier, c’est nous qui allons trop vite. »

Arthur Navellou nous raconte qu’en se trompant de vitesse pour lire un disque vinyle, il a découvert que la musique prenait une autre dimension. Elle se déployait mieux autour de lui.

Et si c’était la même chose pour notre quotidien ?


Un article signé Lisa Hör, journaliste chez 18h39.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.