premium 1
premium 1 mobile
Uber carte

Uber lance sa carte de crédit

Le 2 nov. 2017

Aux États-Unis, les clients du service de VTC vont être traités aux petits oignons et pourront bénéficier de remises et d’avantages grâce à leur nouvelle Visa Uber. Tous les moyens sont bons pour redorer son image de marque !

Dès le 2 novembre, les Uber lovers américains pourront bénéficier de leur première carte de paiement Uber. Lancée en partenariat avec la banque Barclays, il s'agit de la première initiative notoire lancée sous la coupe du nouveau PDG du groupe, Dara Khosrowshahi. 

La carte, qui peut déjà être commandée gratuitement depuis l'application ou en ligne, permettra aux utilisateurs de centraliser et de payer leurs trajets Uber ainsi que leurs commandes UberEATS. Mais pas seulement.

Un vaste programme de fidélité à la clé

À la carte de paiement se greffe bien évidemment un programme de fidélité proposant une vaste série d’avantages, dont une remise de 4% sur leurs dépenses en repas, de 3% sur les chambres d’hôtel et les billets d’avion, de 2% sur les achats en ligne et de 1% sur toutes leurs autres dépenses, apprend-on sur le site de l'entreprise.
En parallèle, les utilisateurs peuvent recevoir 100$ si leurs achats dépensent 500$ dans les 90 jours qui suivent leur souscription au programme. Pour 5 000$ dépensés avec la carte par an, ces derniers pourront bénéficier d’un crédit de 50$ pour souscrire à certaines plateformes de sVOD. Si ces dernières ne sont pas clairement mentionnées, on pourrait logiquement penser à Netflix, Amazon Prime ou encore à Spotify…
Enfin, la carte offre également une assurance mobile de 600$ si le smartphone d’un usager Uber est volé ou cassé, à condition bien sûr qu’il règle son forfait mobile avec ce nouveau moyen de paiement. Last but not least, la carte Uber leur permettra de profiter d’évènements et d’offres exclusives dans certaines villes des États-Unis.

 

Uber, pas le premier, pas le dernier ?

Si l’initiative avait déjà été amorcée par la marque au Mexique dans le but de faciliter le paiement en ligne à ses usagers (le programme de fidélité en moins), il n’est pas encore question de la développer dans d’autres pays. Il ne serait pourtant pas étonnant de la voir débarquer en France. En septembre dernier, Uber y lançait sa première campagne de pub et démontrait son attachement et son intérêt à ses usagers français.

Sur le même modèle et au début du mois d’octobre, Sony lançait sa carte bleue PlayStation aux États-Unis. Une façon pour la marque d’encourager les gamers à utiliser ses services tout en bénéficiant d’avantages inédits.

Étonnamment haut-de-gamme, la logique de ce genre de programme façon « club exclusif » pourrait se heurter à quelques problématiques pratiques sur le long terme. À force de collectionner les cartes bleues par marque, et d’autant plus à l’heure du paiement dématérialisé, ne risque-t-on pas de devoir changer de porte-monnaie un peu trop souvent ?

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.