habillage
premium 1
premium1
NB

Des Reebok offertes pour des New Balance brûlées

Le 24 nov. 2016

La marque de sneakers New Balance au cœur de la tourmente… ses concurrents en profitent.

New Balance se retrouve au cœur d’une situation qu’elle semble ne pas pouvoir maîtriser. Pour avoir affiché son approbation à Donald Trump quand celui-ci s’exprimait contre un traité, la marque a fortement été vilipendée. Ce traité visait à faciliter la délocalisation des usines dans des pays où les coûts de production sont bien inférieurs. Une ineptie pour New Balance qui conçoit et fabrique tous ses modèles aux Etats-Unis.

Dans une interview donnée Wall Street Journal, Matt LeBretton, le vice-président de New Balance, est exprimé sur le sujet : « L'administration Obama a fait la sourde oreille avec nous et sincèrement, nous pensons qu'avec le nouveau président Trump, les choses vont aller dans la bonne direction ».
Une volonté affichée, donc, de continuer à produire localement, mais qui pour la majorité est passée pour un soutien sans faille de Donald Trump. Au lendemain de sa victoire, on a vu fleurir des images de New Balance jetées ou brûlées. Un geste fort en signe de désapprobation. Pour autant la marque ne cesse de rappeler son intégrité ses valeurs sur les réseaux sociaux : elle est respectueuse de tout un chacun, quels que soient ses origines, sa religion, son genre.

Un combat qui semble perdu d’avance, depuis que The Daily Stormer, un site extrémiste qui prône la suprématie blanche, a nommé New Balance comme « chaussure officielle de l’homme blanc » et enjoint ses lecteurs à en acheter.

Son concurrent Reebok, n’a pas hésité à surfer sur le bad buzz. Il a fait part de sa volonté, sur Twitter, d’offrir des Reebok Classics à ceux qui avaient brûlé leurs chaussures. Pas très fair-play.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.