Cigarettes électroniques, drogues… comment le business s’organise sur TikTok

Les jeunes sont sur TikTok, alors c’est aussi là que vont celles et ceux qui ont des produits à leur vendre. 

Entre les ados et la cigarette électronique, l’histoire d’amour dure. Et ce ne sont pas les lois qui pourront changer ça. Alors qu’aux États-Unis, il est interdit depuis 2019 de vendre ou proposer des e-cigarettes aux moins de 21 ans, les techniques se multiplient pour atteindre ce public. Et puisque TikTok est le réseau chouchou de la génération Z, c’est assez naturellement sur la plateforme que se joue la bataille.

Des « packagings discrets » pour ne pas se faire remarquer par les parents

Dans ces vidéos, qui jouent à fond les codes de TikTok, les vendeurs vantent les mérites des paquets qui, même si interceptés par les parents, peuvent paraître absolument innocents. Les tactiques sont dignes de celles de la contrebande : les cigarettes électroniques sont cachées sous le rembourrage des paquets ou carrément à l’intérieur d’autres produits, comme « des trousses de maquillages ou des pantoufles molletonnées », note TechCrunch.  

@puffuniverse

Available on our site now 🙂 puffuniverse.com ##fyp

♬ original sound - PuffUniverse

De la naissance des tendances au crime organisé

De quoi écorner l’image gentillette du réseau préféré des ados. Régulièrement présenté comme un hub de créativité où naissent les tendances, qui fait la part belle à la collaboration et aux compétitions bienveillantes, TikTok serait aussi la plateforme de recrutement privilégiée du crime organisé. En plus des vendeurs de e-cigarettes, on y retrouve des trafiquants de drogue. Howard Campbell, anthropologue et expert des sujets liés à la drogue à l’université du Texas à El Paso analyse que l’utilisation des réseaux sociaux par les cartels n’est pas nouvelle. Ce qui change, c’est qu’autrefois les vidéos postées visaient à intimider les clans rivaux. Aujourd’hui, elles glamourisent le mode de vie des dealers et cherchent à attirer de nouvelles recrues.

Commentaires

À lire aussi

Ce site utilise Google Analytics.