habillage
premium1
actu_15543_vignette_alaune

Snapchat: autant en emporte les clichés

Le 4 janv. 2013

Le nouvel Instagram s'appellerait-il Snapchat? Cette nouvelle application lancée par quatre étudiants de Stanford permet de prendre une photo, de l'envoyer et de l'auto-détruire! Une façon de converser en photos sans laisser de traces... Par François Kermoal.

C'est une des nouvelles applications les plus controversées du moment. Snapchat, c'est son nom, permet de prendre une photo grâce à son smartphone, puis de l'envoyer à son carnet d'adresses. Jusqu'à là, rien de révolutionnaire... Là où ça devient intéressant, c'est que vous décidez du temps dont disposera votre interlocuteur pour regarder ladite photo, quelques secondes ou plus... Ensuite, le cliché s'autodétruira comme dans les meilleurs génériques de Mission Impossible !

Super mais un gadget de plus? A priori, on peut effectivement se poser la question d'un tel service. Eh puis, en réfléchissant un peu, on se dit que ce n'est pas si idiot que cela et que l'appli en question tombe à pic. Que ceux qui ne sont pas tombés sur un cliché de leur auguste personne qu'ils auraient voulu voir détruire (le cliché, pas la personne) leur jettent la première pierre!

Comme l'écrit avec justesse Sarah Lacy, fondatrice du PandoDaily, l'excellent nouveau journal de référence de la Slicon Valley, la moquerie est une constante de tous les nouveaux services appelés à cartonner.

Elle n'a pas tort. On se souvient des commentaires qui ont accompagné les débuts de Facebook (" ne comptez-pas sur moi pour aller raconter ce que je suis en train de faire "), de Twitter ("140 signes pour ne rien dire, quel intérêt ? ") ou de YouTube, tout juste bon à diffuser la vidéo de votre chaton. On sait ce que sont devenus ces sites.

Evidemment, personne ne peut prédire le destin de Snapchat mais les débuts sont prometteurs. L'entreprise, cofondée par des étudiants de Stanford (Daniel Smith, David Kravitz, Bobby Murphy and Evan Spiegel) a déjà levé un demi million de dollars et les investisseurs se bousculent déjà autour de son berceau. Rien de surprenant : le nombre de "snaps", de clichés éphémères qui s'autodétruisent, donc, totaliserait déjà 50 millions par jour! Comme le disent en substance les fondateurs de l'appli sur leur site, " nous croyons dans la puissance de l'éphémère ". Ah, si une appli pouvait faire la même chose avec nos feuilles d'impôt ! SnapTax, ça marche aussi, non?

 

François Kermoal est directeur de la rédaction du magazine l'Entreprise.

Suivez François Kermoal sur Twitter

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.