premium
premium
actu_25911_vignette_alaune

Les nouvelles méthodes de l'innovation

Le 14 avr. 2015

Le rythme des innovations s’accélère et les entreprises doivent s'adapter. Deux méthodologies complémentaires peuvent les y aider : la génétique des objets et le design thinking. Par Christophe Tallec, Fred Arnoux et Benjamin Duban.

Socle sur lequel se sont construits les plus grands empires industriels, la maîtrise de l’innovation échappe progressivement aux acteurs traditionnels. En cause : une évolution rapide des conditions dans lesquelles ces acteurs opèrent, déclenchée principalement par les facteurs...

 

    Technologique : la digitalisation de l’économie, la multiplication des technologies de rupture et leur croisement créent un paradigme dans lequel la valeur ajoutée apportée à l’utilisateur final augmente au détriment de la simplicité des modèles économiques des acteurs traditionnels ; l’asymétrie d’information disparaît.

    Réglementaire : la chute des monopoles publics est doublée d’un assouplissement des conditions dans lesquelles les individus peuvent entreprendre et s’associer. 
    Macroéconomique : la libre circulation des biens et services, des capitaux et du travail érode la capacité des acteurs traditionnels à protéger des rentes liées aux imperfections de leur marché ou à la rareté des ressources de production

       

      Vecteur de croissance, l’innovation devient ainsi de plus en plus difficile à capter par les entreprises ; globalisée, “démocratisée”, l’innovation devient l’apanage d’acteurs hors de l’entreprise traditionnelle, qui doit désormais composer avec des tiers pour rester à la page de l’excellence.

       

      Nokia illustre mieux qu’aucun autre acteur ce caractère imprévisible de l’innovation. En devenant le numéro un mondial de la production de téléphones portables à la fin des années 1990, tout d’abord, montrant qu’un petit conglomérat industriel finlandais spécialisé dans les matières premières pouvait devenir un géant des télécoms. En ratant le tournant des smartphones au point de devoir revendre son activité terminaux à Microsoft en 2014, ensuite, montrant, comme le veut le proverbe, “qu’il n’y a pas loin du Capitole à la roche Tarpéienne”.

       

      Autre “image d’Épinal” de l’innovation : Airbnb. Créée en 2008, la startup californienne aura mis sept ans à égaler, en valeur, le groupe Accor, première chaîne hôtelière européenne et l’un des plus grands groupes hôteliers au monde, pourtant créé en 1967, avec une valorisation de plus de dix milliards de dollars.

       

      Un besoin de synthèse des méthodes innovantes

      Dans ce contexte, innover est devenu à la fois simple et périlleux. Simple, car la finesse de description des enjeux d’innovation des entreprises n’a jamais été aussi grande : chacune des méthodes apportant sa pierre à l’édifice, avec un point de vue particulier, un détail clé ou une approche nouvelle. Périlleux car dans cette jungle, le praticien qui n’a pas le temps de tout tester, explorer ou découvrir par lui-même reste pour le moins perplexe et parfois même paralysé.

       

      Il convient donc de réaliser une synthèse des méthodes d’innovation, afin de proposer aux entreprises une approche qui permette d’innover rapidement, dans n’importe quel contexte marché et concurrentiel.

       

      Construite dans un souci de synthèse des méthodologies innovantes actuelles, Acceleration Learning est une formation associant le meilleur de l’ingénierie et du design au service de l’innovation. Elle repose sur deux méthodes complémentaires : le design thinking et la génétique des objets.

       

      Accélérer les apprentissages, suivre le rythme de l’innovation

      Le design thinking est une approche de l’innovation et de son management basée sur la compréhension fine des utilisateurs finaux. Il s’agit pour le fournisseur de services ou de produits de prendre en considération le parcours client dans son intégralité et de réfléchir à des moyens d’en réduire la durée et d’en optimiser les outputs ; il s’adresse à tous types d’acteurs, des services financiers aux aéroports en passant par les constructeurs automobiles.

       

      Dans une approche design thinking, l’entreprise peut décider de rentrer dans une logique d’amélioration incrémentale de l’existant afin de suivre de manière dynamique l’évolution des attentes de ses clients. Cette logique d’amélioration impacte l’ensemble de sa propre organisation interne, qui évolue pour correspondre au maximum aux besoins identifiés des clients. Elle peut aussi décider d’explorer systématiquement les usages de ses clients et des acteurs clés de ses industries, sans idées préconçues, explorant alors besoins exprimés et non exprimés, source d’innovation d’usages.

       

      La génétique des objets est quant à elle issue des sciences de la conception et se veut plutôt orientée sur la transformation des compétences des entreprises. Elle s’appuie sur l’exploration systémique de chacune des dimensions d’un objet ; sa fonction, son usage, son environnement, son business model, permettant de piloter la génération de nouveaux concepts et de mettre en regard les capacités de l’organisation pour les réaliser.

       

      Issue de 20 ans de recherche en gestion et mise en œuvre dans les plus grandes entreprises françaises, cette approche complète efficacement le design thinking par des réflexions plus long terme pour l’entreprise.

       

      Un nouveau format d’apprentissage
      Synthèse de ces deux approches, Acceleration Learning est à la fois une méthodologie de l’innovation, et une mise en contexte permettant de se l’approprier. La première édition de ce nouveau format d’apprentissage aura lieu le 22 avril, de 08:30 à 13:00, à la Gaîté Lyrique. En participant à cette demi-journée, vous explorerez, comprendrez, et ressentirez la puissance des apprentissages rapides pour l’innovation et plus jamais vous ne lirez le paysage de l’innovation de la même manière.

       

      L'ADN - Le 14 avr. 2015
      premium2
      premium2

      Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.