habillage
premium1
premium1
actu_17708_vignette_alaune

“Anti-social” media, new game new rules?

Le 24 juin 2013

Alors que certaines personnes boudent les réseaux sociaux et se disent anti « social-media », d’autres expriment leur désaccord en créant l’« anti-social » media... par Nesem Ertan.

Comment doit-on qualifier aujourd’hui une personne refusant de se créer un compte sur Facebook ?  Un jet-lagged, ne s’intéressant pas aux codes de comportements virtuels de ces plateformes ? Ou un romantique souhaitant préserver l’intensité émotionnelle ressentie lors des rencontres physiques ? Toujours est-il que l'on peut tout à fait comprendre leur volonté de privilégier des prises de contacts plus personnelles et intentionnelles... et la sérendipité de la vie non numérique.

Néanmoins, le monde qui nous entoure est en train de se transformer en une machine ultra connectée dotée d’un data center gigantesque et il devient difficile d’y échapper.

« L'extension du marché sera liée à l'invisibilité de la technologie, c'est-à-dire au fait que l'utilisateur ne sera pas conscient de la technologie qu'il utilise mais verra uniquement son fonctionnement. Si aujourd'hui, les portables, smartphones et tablettes sont les piliers de l'Internet sans fil, les objets de type capteurs ou nœuds de réseau devraient représenter 60% du marché en 2020. » ABI Research - Journal du net - lien

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cependant, certains se jouent avec humour de ces toiles qui se forment autour de leurs « libertés ».

Découvrez l’anti-social app !

Hell is Other People‘, empruntant son nom à la fameuse citation "L'enfer c'est les autres" de Jean-Paul Sartre (Huis Clos), permet à son utilisateur de suivre les checks-ins de ses « amis » afin de pouvoir les éviter !

 

Source : psfk

 

Son designer, Scott Garner, s’amuse ainsi à mettre en exergue l’anxiété sociale que lui inspirent les « push géolocalisés » de ses amis.

 

 

Est-ce là une forme d'hypocrisie, de créativité, de dénonciation ou encore de nostalgie de la part de ceux qui, non seulement souhaitent conserver leurs modes de vies, mais regrettent que le monde soit devenu si prolixe ?

Aussi intéressant que cette tendance puisse être, il est important de souligner avec cette création de Scott Garner, une mise en abime d’une attitude de gamer !

Les mentalités se sont presque inconsciemment adaptées aux mutations touchant les équipements dont nous disposons. L’expression humaine se chemine de plus en plus à travers des codes de programmation plus ou moins invisibles ! Aujourd’hui, si on souhaite exprimer le dérangement qu’on éprouve face à Facebook Places ou Foursquare... on est tenté de créer une nouvelle appli pour le montrer ! Notre conception de la vie adopte progressivement les règles d’un jeu.

Nous gagnons ou perdons des points mentalement à tous les niveaux de notre vie : lorsqu’on gère des projets en entreprise, lorsqu’on tente de séduire quelqu’un, lorsqu’on cherche à faire un cadeau réussi à un ami... Et nous en octroyons ou retirons aux autres également !

L’appli Haters s’inscrit très bien dans cette vague : elle permet de partager avec vos amis... ce que vous n’aimez pas ! En voilà des points retirés...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tous des casual gamers ? Sans aucun doute.. puisque les jeux de rôles sont ancrés profondément dans la nature humaine, même en l’absence de toute technologie !  Notre goût pour le storytelling n’en est qu’un reflet parmi tant d’autres. Toute campagne de communication intégrée devrait finalement viser à intégrer cette attente de l’Homme : lui offrir une histoire, un univers, des codes et des outils pour vivre et partager l’expérience de jeu.

Un bon exemple : la campagne Paranorman présentée cette semaine à Cannes.

Et vous, quel gamer êtes-vous ?

 

Nesem Ertan

Communication Planner  - MRM Worldwide Paris
Twitter : @nesemertan 

L'ADN - Le 24 juin 2013
premium 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.