habillage
Une femme dissimulée dans des feuillages
© Eva-Katalin via Getty Images

Métiers du développement durable : beaucoup de femmes, de diplômes, d'ancienneté et d'inégalités

Le 11 juin 2019

C’est le constat de l’étude sur les professionnels du développement durable menée par Birdeo, cabinet de recrutement spécialisé.

Difficile de parler d’un « profil type » quand on se penche sur les métiers du développement durable. Finance, Agro-alimentaire, BTP, distribution… les parcours de celles et ceux qui y font carrière ne sont pas tout tracés.

Birdeo, cabinet de recrutement spécialisé dans le développement durable, s’est prêté à l’exercice et a interrogé plus de 800 professionnels au sein d’entreprises privées et de cabinets de conseil pour dresser quelques tendances.

Deux tiers de femmes, et toujours des inégalités de salaire

Dans les entreprises privées, les femmes sont plus présentes. Sans surprise malheureusement, la proportion s’affaiblit à mesure que les responsabilités grimpent : on compte ainsi 81% de femmes pour des postes de chef de projet / chargé de mission pour 57% de femmes sur des postes de direction du développement durable.

En parallèle, les écarts de rémunération se font sentir. Ils sont à hauteur de 16% pour des postes de direction et 21% pour des postes de chef de projet dans les entreprises privées. En revanche, dans le conseil, ces écarts sont quasiment inexistants.

Conseil vs entreprises : des rémunérations qui varient

Le conseil en développement durable se caractérise par une proportion importante de profils indépendants (42%). Dans les deux situations, il s’agit majoritairement de profils diplômés au moins à BAC+5 (90% en entreprise et en cabinet, 85% chez les indépendants).

Les rémunérations varient également : les indépendants plafonnent à 44 000 euros par an en moyenne, celles et ceux qui travaillent en cabinet montent à 51 000, et on grimpe à 72 000 en entreprises privées. Les écarts sont peu significatifs entre juniors et seniors, créant un sentiment de frustration : 44% des seniors se disent insatisfaits de leur salaire.

Entre 0 et 5 millions de budget

En termes de ressources disponibles, le constat est très mitigé. Dans les entreprises privées, le budget alloué au développement durable est de 870 mille euros annuels en moyenne. Comme ça, ça a l’air pas mal. Sauf que quand on y regarde de plus près, dans 18% des cas, il n’y a aucun budget à disposition – le maximum constaté étant de 5 millions d’euros.

Plus de 10 ans d’ancienneté

Les parcours sont variés. En majorité, les professionnels du développement durable viennent du secteur de la banque / finance et de l’agriculture / agroalimentaire. En 3ème position viennent à égalité les secteurs du BTP et de la distribution / commerce.

Les postes de direction sont occupés à 27% par des personnes en poste depuis plus de 5 ans. Et 40% des directeurs sont dans l’entreprise depuis plus de 10 ans : en général, ils ont évolué à d’autres fonctions avant de prendre ce poste.

Un signal qui montre qu’il est parfois difficile de faire carrière dans le développement durable si on n'a pas une bonne connaissance de l’entreprise... Comme pour les directions de l'innovation, on préfère miser sur les anciens que de faire venir des gens de l'extérieur.

ALLER PLUS LOIN

> 5 Directeurs RSE à suivre en France

> Comment parler de ses actions RSE quand on est une marque ?

> Les chiffres clés de la RSE : les salariés en redemandent !

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.