Portrait de Etienne KLEIN, Directeur de recherche au CEA

Etienne KLEIN

Étienne Klein est membre de L’ADN Le Shift, le collectif du media L'ADN, son prolongement humain.

L'ADN Le Shift est né de la volonté de vous inviter à vivre ce que nous vivons en tant que média.

 

Qui êtes-vous ? Quelques mots sur votre parcours

Étienne Klein : Je suis physicien, je travaille au CEA où je dirige un laboratoire dans lequel on s’intéresse aux implications philosophiques des découvertes faites par les physiciens. Par exemple à propos du temps, du vide, de la matière…

 

3 dates qui ont provoqué votre déclic climatique ?

E.K. : Mon laboratoire jouxte celui des climatologues. Cela fait donc trente ans que je connais, grâce aux discussions autour de la machine à café, les résultats de leurs recherches. Ceux-ci n’ont fait que se consolider et se préciser au fil du temps, sans que cela change le diagnostic initial. Malheureusement, par l’effet de quelques personnalités, notoirement non climatologues mais très promues médiatiquement, nous avons pendant trop longtemps laissé circuler toutes sortes de stratagèmes intellectuels pour ne pas croire ce que pourtant nous savions ( « La science, c’est le doute », etc.).

Cet été, j’ai effectué la grande traversée des Grandes Jorasses. De là-haut, un matin au réveil, j’ai constaté tout éberlué que le couloir Whymper de l’Aiguille Verte avait totalement disparu ! Fondu, descendu, plus là ! Cela m’a fait un choc terrible. La montagne ne se ressemble déjà plus du tout.

 

Les 3 romans, essais, bd, film, série, documentaires… qui vous ont retourné ?

E.K. : -La Force majeure, de Clément Rosset

-À la Recherche du réel, de Bernard D’Espagnat

-L’homme sans qualité, de Musil. Cette liste va vous décevoir, car aucun de ces livres ne parle du climat…

L'engagement que vous avez réussi à tenir ?

E.K. : Je n’utilise plus ma voiture en ville et je chauffe peu mon appartement, qui est au demeurant une passoire thermique.

 

La résolution que vous avez du mal à mettre en place (mais vous ne désespérez pas) ?

E.K. : Je n’utilise plus ma voiture en ville et je chauffe peu mon appartement, qui est au demeurant une passoire thermique.

 

Vos 3 secrets pour soigner votre solastalgie ?

E.K. : Je n'en ai aucun.

 

La solution ou la personnalité qui vous a le plus inspirée…

E.K. : J’aime l’allant et le sourire de Bertrand Piccard.

Bertrand Piccard ne sombre pas dans la déploration, si fréquente aujourd’hui, et si commode intellectuellement. Lui pense et agit en même temps. Comme son père et son grand-père, il explore, invente, cherche, essaie de mettre au point des énergies dites « propres » et donne physiquement de sa personne.
J’aime ceux qui, comme lui, agissent, combattent, sans céder au « commentariat généralisé » qui envahit et pollue l’espace public.

 

Vos raisons d'espérer ?

E.K. : La période que nous vivons est passionnante. Notamment parce que nous savons désormais que ce qui va se passer va dépendre en partie de ce que nous allons faire. Serons-nous à la hauteur ? J’ai comme l’impression que l’humanité va passer un test d’intelligence collective.

 

Vos projets pour ces prochaines années ?

E.K. : Prier instamment mon propriétaire de faire la rénovation thermique du logement que je lui loue.

 

Si vous deviez résumer votre raison d’être ?

E.K. : « Raison d’être » ? C’est une expression beaucoup trop chargée… Je ne sais donc pas quoi vous répondre. Ce que je sais, c’est que dans les années qui viennent, je vais amplifier mes activités de vulgarisation. La pandémie de Covid-19 a démontré à quel point la diffusion des connaissances se fait mal au sein de la société. Il y a donc d’immenses baguettes de pain sur la planche.

 

Vivez des expériences imaginées par L’ADN, et construisez votre réseau d’acteurs du changement.
Vous souhaitez rejoindre le collectif L’ADN Le Shift ?
Découvrez le programme de l’année et écrivez-nous ici pour nous faire parvenir votre candidature !

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.