Portrait de Charlotte Urbain, Directrice culture et communication chez Fragonard

Portrait de femme

Charlotte Urbain est membre de L’ADN Le Shift, le collectif du média L'ADN, son prolongement humain.

L'ADN Le Shift est né de la volonté de vous inviter à vivre ce que nous vivons en tant que média. 

Qui êtes-vous ? Quelques mots sur votre parcours

C.U. : Les arts, les cultures du monde, l’image et les mots sont le fil rouge de ma carrière… Avant de diriger la communication et la programmation culturelle de la Maison Fragonard, j’ai travaillé plusieurs années en Russie et en Asie centrale pour la promotion de la culture française dans le réseau diplomatique français à l’étranger.

3 dates qui ont provoqué votre déclic climatique ?

C.U. : Je n’ai pas eu de déclic climatique à proprement parlé, car depuis toujours, je suis sensible à l’environnement. Ces dix dernières années m’ont semblée être une escalade toujours plus vertigineuse vers un futur impossible. Si je devais retenir trois dates :

  • Le premier confinement.
  • Une discussion avec un géographe en septembre 2021.
  • Et dernièrement, les feux de l’été 2023, où j’ai été directement impactée, car évacuée par les pompiers.

Les 3 romans, essais, bd, film, série, documentaires… qui vous ont retourné ?

C.U. :

  • Jeune : toutes les bd d’Enki Billal.
  • En 2017 : le documentaire « Sibérie : les aventuriers de l’âge perdu », dans lequel un géophysicien russe tente de recréer un écosystème qui empêcherait le permafrost de fondre. Son projet fou : réintroduire le mammouth…
  • Il y a quelques mois : « Nos Futurs », 10 textes de science et 10 de fiction issus de la rencontre entre scientifiques et créateurs d'imaginaire, pour explorer et expliquer les possibles du changement climatique.

L’engagement que vous avez réussi à tenir ?

C.U. :  Acheter en connaissance, se renseigner sur l’origine du produit, se questionner sur sa nécessité, consommer essentiellement local, bio et circuit court.

Recycler, upcycler et fabriquer soi-même au maximum (vintage pour les vêtements et le petit mobilier, raccommoder et recoudre si c’est possible, donner et ne pas jeter, fabriquer soi-même les produits d’entretien – surtout parce que les industriels nous vendent de l’eau très chère…).

La résolution que vous avez du mal à mettre en place (mais vous ne désespérez pas) ?

C.U. : Voyager… Je déteste l’avion, mais les contrées qui m’attirent sont souvent à des milliers de kilomètres. Si le temps m’était donné, je ne prendrais que le train.

Vos 3 secrets pour soigner votre solastalgie ?  

C.U. :  Aucun malheureusement, mise à part faire l’autruche ou assister au spectacle « Thomas VDB s’acclimate », pour à défaut d’enrager, en rire à pleurer.

La solution ou la personnalité qui vous a le plus inspirée…

C.U. : Thomas Piketty, parce que je suis intimement persuadée que l’écologie passe par une économie sociale et solidaire, un partage des ressources équitable et repenser notre fonctionnement capitaliste.

Vos raisons d’espérer ?  

C.U. : Les nouvelles générations… J’attends leur révolution verte et leur coup de gueule, mais je crains que ce soit utopiste.

Vos projets pour ces prochaines années ?

C.U. : Continuer à y croire malgré tout… et partager autour de soi ses petits pas de fourmis.

Si vous deviez résumer votre raison d’être ?

C.U. : A-t-on raisonnablement envie de résumer sa vie à une raison d’être ?

 

 

Vivez des expériences imaginées par L’ADN, et construisez votre réseau d’acteurs du changement.
Vous souhaitez rejoindre le collectif L’ADN Le Shift ?
Découvrez le programme de l’année et écrivez-nous ici pour nous faire parvenir votre candidature !

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire