Portrait de Aurore Abecassis, Fondatrice Acmé Paris

PORTRAIT AURORE

Aurore Abecassis est membre de L’ADN Le Shift, le collectif du media L'ADN, son prolongement humain.

L'ADN Le Shift est né de la volonté de vous inviter à vivre ce que nous vivons en tant que média.

 

Qui êtes-vous ? Quelques mots sur votre parcours

Aurore Abecassis :  Je m’appelle Aurore Abecassis, j’ai 33 ans et je suis fondatrice & CEO d’Acmé, une jeune start-up âgée de 3 ans qui va atteindre les 3M€ de chiffre d’affaires en 2022 avec pour objectif de le doubler chaque année jusqu’à 2026. Diplômée d'HEC et ancienne Bain&Company, j’ai franchi le pas de l'entrepreneuriat en tant que femme Solo Founder sans lever de fonds quelques mois avant la Covid-19.

Je suis sportive, dans mon corps c’est sûr, mais aussi dans mon esprit selon mes proches qui disent que je suis toujours à la recherche de l’effervescence et parfois même l’extravagance (mesurée). Portée par la sérendipité, l’envie de découvrir, le respect de l’autre et la vie en société, je me passionne par ce lien qui nous unit, celui des rencontres et de l'éphémère. Profondément attachée à ma liberté et dévouée à l'humain, j’ai décidé de m’engager dans la création d'événements d'exception en faisant vivre des émotions intenses et vibrantes, qui - je l’espère - laisseront une trace indélébile et durable à l’instar des initiatives écologistes.

Mon expertise : Designer d’événementiel extraordinaire B2B. Mon ambition : Fusionner 3 mondes qui ne communiquent pas : l’art, la tech & la stratégie. Ma force : mon imagination (elle est sans fin) qui suit une ligne directrice forte en générant des émotions jamais vécues qui resteront ancrées longtemps.

Acmé Paris n'est pas une simple agence mais un cabinet d'événementiel stratégique haute-couture. Chaque envie de créer un événement traduit une problématique sous-jacente : Acmé Paris apporte la solution, la réalisation et les résultats. Référence absolue dans les domaines du Luxe, de la Tech et des Fonds d'investissements, Acmé Paris relève les enjeux stratégiques grâce la conception et la réalisation d'événements B2B sur-mesure pour accompagner les dirigeants dans l'atteinte de leurs objectifs et performances.

Parmi ses clients : Louis Vuitton, Christian Dior Parfums, Ami, Clarins, BHV, Paris 2024, Meta, Contentsquare, Malt, AirBnb, AB Tasty, BCG, BNP Paribas, Astorg, Tikehau Capital...

 

4 dates qui ont provoqué votre déclic climatique ?

A.A. :  C’est - malheureusement - quand l’Homme est confronté à la réalité qu’il prend conscience de la gravité de la situation. Ma prise de conscience a eu lieu très tôt car un événement dramatique m’a saisi alors que j’étais en enfant : le naufrage du pétrolier Erika (Décembre 1999). J’avais une dizaine année et j’ai tout de suite compris les dégâts qui allaient être causés sur la faune et la flore marines. Je me rappelle avoir été terrifiée et horrifiée pendant plusieurs jours. Par la suite, je dirais que le vrai déclic climatique en tant qu’adulte a eu lieu ces 5 dernières années dans le sens où j’ai changé mes habitudes et fait des choix en fonction de ma conscience écologique. La disparition des espèces est l’élément le plus douloureux à mes yeux et j’avais été profondément attristée par les dégâts des feux australiens en 2019 sur les espèces des forêts. Par ailleurs, un dîner avec l’ADN en mai 2022 a été révélateur et m’a ancrée dans cette urgence de l’engagement : je n’avais que d’autres choix que de m’inscrire dans cette dynamique. Et bien évidemment, les sécheresses à répétition des cours d’eau et l’impact sur les cultures depuis 5 ans (2017 > 2022), les feux de forêts de France (été 2021 et 2022), la fonte des glaces, les typhons et tsunamis à répétition n’ont fait que renforcé cette prise de conscience.

 

Les 3 romans, essais, bd, film, série, documentaires… qui vous ont retourné ?

A.A. : -Philosophie : Ainsi parlait Zarathoustra de Nietzsche a été pour moi une révélation et me suit à chaque nouvelle période de ma vie car a toujours un nouvel écho. Ce livre qui se catégorise “pour tous et pour personne” m’aide et m’enrichit en me guidant. C’est une vraie lumière. En particulier la parabole des Trois Métamorphoses de l’Esprit où chacune fait écho à différentes périodes de vie. Le chameau qui symbolise la soumission aux valeurs sociétales préexistantes et me lie à cette période de ma vie où je travaillais en cabinet de Consulting et où je m’imposais une course effrénée pour cocher toutes les cases. Le lion, lui, représente la révolte et l’indignation : je suis devenue lion lorsque j’ai décidé de mettre un stop à ce (faux) besoin de correspondre à un idéal. Et enfin, l’enfant qui est l’affranchissement entier, qui se réalise par son propre spectre en total indépendance et correspond à la période où j’ai plongé la tête en premier dans l’entrepreneuriat et j’ai tracé mon propre chemin.

 

-Littérature : Du côté de chez Swann par Marcel Proust : Je l’ai découvert en Khâgne et a résonné très vite en moi en théorisant le sensoriel et les émotions. Cette cristallisation exacte de ce que je pouvais ressentir m’a bouleversée car je me suis sentie comprise, étant hypersensible, je ressens souvent tout plus fort que la moyenne et me confronte donc à une incompréhension collective.

 

-Documentaire : L’épopée joyeuse, l’histoire des cafés qui changent le regard sur le handicap (https://www.canalplus.com/articles/decouverte/l-epopee- joyeuse-l-histoire-des-cafes-qui-changent-le-regard-sur-le-handicap) car il peint un vent d’espoir grâce à une intégration réelle possible tout en s’ancrant dans une entreprise florissante ayant le vent en poupe, ayant un frère jumeau trisomique cela me touche particulièrement.

 

L'engagement que vous avez réussi à tenir ?

A.A. : Une certaine sobriété dans ma consommation quotidienne en favorisant les produits locaux, les circuits courts, en me détachant du matériel en donnant principalement et revendant parfois le superflu. Lorsque j’ai quitté mon poste chez Bain & Company pour plonger dans l’entrepreneuriat - et ce, bien avant les tendances écologistes - j’ai ressenti un véritable besoin de revenir à l’essentiel. Ce changement a dû être provoqué par cette rupture de vie : je n’ai pas acheté de vêtements pendant 1 an, moi qui adore ça normalement et j’ai complètement changé mon rapport à la consommation en n’ayant plus de besoin malsain de se divertir en consommant.

 

La résolution que vous avez du mal à mettre en place (mais vous ne désespérez pas) ?

A.A. : Ne plus prendre l’avion, du tout. Je suis attirée par l’étranger et j’ai des rêves de lointain depuis toujours, j’ai cette âme aventureuse qui s’anime en moi. Je trouve donc des alternatives : je voyage moins loin, plus longtemps ou alors j’opte pour des transports en commun plus raisonnés : je ne prends plus l’avion pour partir en week-end mais ne le prends que dans le cadre de séjours longs. Même si ce n’est pas idéal, j’ai drastiquement réduit mes voyages aériens mais si je n’ai pas réussi à arrêter complètement.

 

Vos 3 secrets pour soigner votre solastalgie ?

A.A. : Avoir des projets : se mettre en action et s’investir dans une mission pour être dans le mouvement, dans le changement, faire foi de sa valeur ajoutée et croire. En m’inscrivant à l’ADN, j’ai acté mon engagement dans un cercle vertueux : être à l’affût des bonnes nouvelles et des initiatives, florissant tous les jours, autant que les mauvaises qui nous inondent et accroissent la solastalgie.

Croire en la décroissance : ce cheminement de pensée a été long et laborieux mais cette course au progrès capitaliste et excessif nous engage à notre perte. Ralentir la machine, en optant pour plus de sobriété n’est pas impossible : il faut juste l’accepter, la décroissance n’est pas un mal de notre société, contre toute attente au contraire.

Petit bonus : Profitez de l’instant présent, de la vie, de ses proches, des moments plus doux et se projeter dans un futur modérément lointain pour ne pas se sentir submergé par la vague de souffrance existentielle et l’urgence climatique : la communication est la clef du succès, on ne fait que vous le répéter !

La solution ou la personnalité qui vous a le plus inspirée…

A.A. : Fany Pechiodat, la plus discrète des start-uppeuses qui est une véritable machine à idées et à réussites. Après avoir créé My Little Paris et l’avoir décliné sous plusieurs formats (My Little App, My Little Box etc…), Fany s’est lancée dans une marque de cosmétique Seasonly et encore de nombreux projets avec ça (Soul of, Stay Hungry, Bloom at work, Belly…).

Fany ne sera jamais rassasiée et pourtant elle n’a pas les yeux plus gros que le ventre car elle est simple, cartésienne, proche des réalités mais dotée d’une grande intelligence et créativité. Elle m’inspire car c’est une entrepreneure fondamentalement saine, qui met l’humain au cœur de ses projets que ce soit, son client ou son collaborateur. Elle a une humanité sans borne qui mérite d’être vécue. Ce sentiment est renforcé par le fait qu’elle est une figure proche et identifiable, notamment pour moi car nous avons un parcours similaire. Elle a cet aspect analytique, évident, logique, combiné à un amour de l’émotion et à une intelligence d’âme formidable. Également, il s’avère que j’ai fondé Acmé seule et que je n’ai pas fait de levée de fonds, à l’instar de Fany qui n’en a jamais eu recours même au bout des 10 ans.

 

Vos raisons d'espérer ?

A.A. : L’Homme est doué d’intelligence et de ressources : tous les jours de nouvelles solutions brillantes naissent pour évoluer dans un monde plus sobre, plus sain et plus serein. D’ailleurs, j’aime tout particulièrement cette tendance à l’opposé de ce Top Down toxique, où la nouvelle génération prendre le pouvoir et insuffle un vent nouveau en instaurant une transmission inversée puisqu’elle est à l’origine des prises de conscience et du changement pour une société plus agile, qui s’attache à sa jeunesse et la nouveauté.

Dans la solidarité, l’Homme est puissant : si nous parvenons à réunir nos forces, nous pouvons soulever des montagnes. Je trouve qu’il y a véritablement eu un changement depuis ces 5 dernières années : on tend à intégrer une société plus paritaire, plus écologique, plus égalitaire, moins minoritaire et “bulldozer”, même s’il reste encore un long chemin à parcourir à date.

 

Vos projets pour ces prochaines années ?

A.A. : Faire grandir Acmé pour la faire rayonner à sa juste valeur ainsi que l’entreprise puisse apporter sa pierre à l’édifice : être la passerelle entre le réel et la création pour engager la déconnexion et amener à l’excellence en faisant des expériences immersives ayant en son centre l’humain.

Être toujours plus responsable en surfant sur le pouvoir du local, qui est un pouvoir drastiquement sous-estimé.

Diffuser la French Touch à l’international - car Acmé l’incarne fondamentalement - et impulser une nouvelle vision afin de s’ancrer à l’origine du changement en étant acteur de la transition.

 

Si vous deviez résumer votre raison d’être ?

A.A. : LA LIBERTE.

Moi, c’est la liberté qui régit ma vie. C’est peut-être pour ça que j’ai quitté le confort d’un boulot reluisant sur le papier mais qui ne me faisait pas vibrer aussi confortable socialement que financièrement qu’il eut été. C’est peut-être pour ça que j’ai décidé de me lancer dans l’aventure d’une vie.

En m’engageant dans l’entrepreneuriat, j’ai saisi à bras le corps mon terrain de jeu pour retrouver cette puissance de la liberté juvénile. Ce n’est pas un métier, c’est une raison d’être. Une vocation. Une fois débarrassée du fardeau de la preuve sociale et enfin alignée, j’ai embrassé mon authenticité en manifestant mon besoin viscéral de liberté.

Parfois, il suffit d’une révélation qui crée une prise de conscience générale. En créant Acmé, j’ai poussé le vice : j’ai entrepris la liberté en mettant sur pied un modèle événementiel disruptif et fondamentalement libertaire pour se détacher du réel et faire vivre des émotions insoupçonnées permettant de s’élever.

J’ai à cœur de concevoir et de créer l’extraordinaire plaçant l’humain au centre de l’expérience pour vibrer ensemble et générer des émotions aussi indéfinissables qu’irremplaçables qui procureront ce sentiment inégalable d’exception, produisant cette magie du quotidien si galvanisante.

 

Vivez des expériences imaginées par L’ADN, et construisez votre réseau d’acteurs du changement.
Vous souhaitez rejoindre le collectif L’ADN Le Shift ?
Découvrez le programme de l’année et écrivez-nous ici pour nous faire parvenir votre candidature !

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.