premium1
premium1

Portrait d'Aurélie Durand, fondatrice d'Ajadi

Aurélie Durand
© DR

L’ADN Le Shift est le collectif de L’ADN, son prolongement humain. Il est né d’une volonté de faire naître d’authentiques conversations, de créer des relations durables et de nous donner les moyens d'agir ensemble. Ses membres veulent penser, encourager et écrire collectivement le grand récit de la transition écologique. Avec ces portraits, nous leur donnons la parole.

 

À l'heure des métavers et des progrès fulgurants de l'IA, l'humain reste, pour toutes les entreprises, la valeur première sur laquelle elles peuvent s'appuyer pour gagner en efficacité et surmonter les crises. Forte de cette conviction, Aurélie Durand aide dirigeants, collaborateurs et équipes à mieux fonctionner ensemble. 

 

Elle se définit elle-même comme une femme de conviction, énergique, authentique et positive. Et il n'est pas très difficile de la croire quand on l'entend parler et défendre ses idées. Cela fait maintenant 20 ans qu'Aurélie Durand, psychologue de formation, cherche à faire bouger les lignes en entreprise. Après avoir aidé les dirigeants à appréhender les mutations culturelles et comportementales de leurs collaborateurs pendant plus d'une décennie, elle a fondé Ajadi, un cabinet de coaching individuel et collectif, en 2020. Avec ce nouveau projet, elle souhaite apporter une réponse humaine aux problématiques business grâce à une approche holistique et innovante.

 

Comment fonctionne votre méthodologie ?

Aurélie Durand : La raison d'être d'Ajadi est de donner à chacun le moyen de devenir un acteur responsable. Pour cela, j'aide les coachés à prendre de la distance vis-à-vis de leurs émotions et de leur égo en développant leur esprit critique, afin de recréer un cycle de valeurs et de croissance qui profitera à tous.

J'ajuste systématiquement mon approche en fonction de la problématique du client. C'est du sur-mesure car chaque cas est particulier. Je me considère comme une orfèvre. Après, il y a invariablement un processus de travail composé de différents points-clés. Pour commencer, il y a une étape de diagnostic pour voir où se situent les points de blocage, ceux qu'il va falloir déclipser. Ensuite, il y a une étape de renforcement positif, qui consiste à aller chercher ce sur quoi on va s'appuyer pour y parvenir, que ce soit les talents, les valeurs, les idées, les partages de finalité... Après, il s'agit d'accompagner le coaché dans l'acceptation d'une forme de réalité et du jeu de contraintes dans lequel il se trouve. Cette acceptation passe par une prise de recul.

 

Vous aidez vos clients à penser différemment ?

A. D. : Je les aide à changer de regard. Ils ont l'impression qu'ils sont bloqués dans une situation à laquelle ils ne peuvent pas trouver de solution... C'est leur ressenti quand ils font appel à moi. Le fait que j'opère depuis l'extérieur me donne une « vision hélicoptère » , c'est-à-dire que je regarde une problématique par en haut, en visualisant tous ses aspects. Cela me permet d'aider les coachés à se positionner différemment, et du coup à retrouver des marges de manœuvre.

 

Des exemples ?

A. D. : Ce que j'apporte ne se mesure pas en KPI, ni en augmentation de chiffre d'affaires. Le résultat, ce sera un mieux-être au sein de l'entreprise et la capacité pour les dirigeants et les collaborateurs à se ressentir de nouveau comme des acteurs, et donc d'être en mesure de recréer de la valeur. Il peut s'agir de permettre à une équipe qui est fatiguée et aigrie d'identifier les sources de frustration qui lui sont propres, pour redonner envie aux collaborateurs de s'impliquer dans de nouveaux challenges, en définissant un plan d'action pour y arriver. Je cherche à améliorer les comportements qui permettent de gagner en efficacité.

 

En quoi cela change-t-il les relations de travail ?

A. D. : J'aide les coachés à progresser dans leur capacité à mieux gérer leur relation avec leur organisation et avec leurs pairs. Cela favorise les prises de conscience individuelles sur le rôle que chacun d'entre eux peut jouer au sein de son entreprise, et sur ce que chacun peut apporter. Ce repositionnement est ensuite complété par l'élaboration d'une série de règles du jeu qui permettent de mieux fonctionner collectivement. Ce processus définit une nouvelle organisation du travail plus sereine et plus responsable. Cela permet notamment de sortir d'une infantilisation produite par la structure hiérarchique avec les logiques de N+1 et de N-1. Cela permet également de casser les silos et de permettre aux équipes de réapprendre à travailler ensemble.

 

Votre grand projet pour 2022 ?

A. D. : Je souhaite transmettre cette énergie de transformation et de changement de regard au plus grand nombre. Je veux faire connaître mon savoir-faire et ma méthodologie à travers des podcasts, des articles, et peut-être un livre... Je souhaite essaimer au maximum la confiance en soi et en l'autre pour faire apparaître un meilleur savoir entreprendre ensemble.

 

À consulter :

https://www.ajadi.fr/

 

Pour en savoir plus sur L’ADN Le Shift et rejoindre le collectif, rendez-vous sur notre site.

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.