Portrait de Jean-Victor Blanc, médecin psychiatre, auteur et conférencier

Portrait d'homme
© DR

Jean-Victor Blanc est membre de L’ADN Le Shift, le collectif du média L'ADN, son prolongement humain.

L'ADN Le Shift est né de la volonté de vous inviter à vivre ce que nous vivons en tant que média. 

Qui êtes-vous ? Quelques mots sur votre parcours

J-V.B. : Je suis médecin psychiatre à l’hôpital Saint Antoine (AP-HP) et enseignant à Sorbonne Université. A côté de cela, j'ai crée Culture Pop et Psy afin de changer le regard que notre société porte sur la santé mentale. Aujourd'hui, je le fais à travers des livres (Pop & Psy (Plon), Addicts (Arkhê), podcasts (Psycho Pop (Majelan) et Pop & Psy (Acast), conférences (Mk2 ou en entreprise), un ciné club au Brady et maintenant un festival !

3 dates qui ont provoqué votre déclic climatique ?

J-V.B. : Clairement, la vague de chaleur de l'été 2022 a été une (tardive) prise de conscience. Les incendies et la sécheresse qui ont touché la Bretagne (dont je suis originaire) reste une image marquante, et une traduction très prosaïque de la crise climatique. Avant cela, des souvenirs plus précoces m'ont marqué : la marée noire de l'Erika, qui a souillé les plages de mon enfance en 1999, et aussi un documentaire vu au lycée sur la catastrophe de la mer d'Aral, presque disparue depuis les années 2000 à cause de la surexploitation de ses affluents. J'en ai fait des cauchemars pendant des semaines.

Les 3 romans, essais, bd, film, série, documentaires… qui vous ont retourné ?

J-V.B. :

  • Le film Melancholia (2011) de Lars von Trier, que j'ai vu avant de devenir psychiatre et qui a été un choc total.
  • Le roman épistolaire "Les Liaisons Dangereuses" de Choderlos de Laclos dont la pertinence et la modernité sont étonnantes.
  • Et j'ai aussi envie de citer le documentaire "Britney: For the Record" (2008) dans lequel Britney Spears évoque sa détresse et sa solitude avec une sincérité déconcertante et touchante.

L’engagement que vous avez réussi à tenir ?

J-V.B. : Limiter ma consommation de viande dans mon quotidien pour faire plusieurs repas par semaine sans protéine animale.

La résolution que vous avez du mal à mettre en place (mais vous ne désespérez pas) ?

J-V.B. : Moins consommer de vêtements... J'arrive à m'y tenir quelques semaines puis plus du tout, c'est terrible.

Vos 3 secrets pour soigner votre solastalgie ?  

J-V.B. :  Très difficile à répondre, car à l'inverse des troubles psychiques, comme la dépression ou les addictions que j'ai l'habitude de prendre en charge, cette détresse psychologique n'est pas une maladie. Je me retrouve donc bien démuni. Alors, face à cette catastrophe annoncée, mon remède n'est pas très "feel good": je pense à l'extinction des dinosaures, qui n'a pas été la fin de la vie sur Terre... Cela m'aide à relativiser face à la menace qu'encourt l'espèce humaine, "Life finds a way" comme le dit la citation de Jurassic Park !

La solution ou la personnalité qui vous a le plus inspirée…

J-V.B. :  Je dirais Selena Gomez. Ce n'est pas ma pop star préférée mais passer de Disney Kids à activiste pour la santé mentale en faisant son coming out vis-à-vis de son trouble bipolaire, c'est déjà très fort. Elle est aussi productrice de contenus sur le sujet (comme la série "13 reasons why", blockbuster de Netflix) et une redoutable femme d'affaires qui s'est lancée avec succès dans la beauté et la mental tech. Je trouve cela très inspirant pour les patients que je suis, mais aussi paradigmatique de cette révolution qu'on est en train de vivre sur la visibilité des troubles psychiques. C'est une des personnalités les plus suivies au monde sur Instagram et est extrêmement populaire auprès des gen Z. Cela aurait été inimaginable il y a 10 ans !

Vos raisons d’espérer ?  

J-V.B. :  Aucune société humaine n'a autant parlé de santé mentale que la nôtre. Nous sommes en train de sortir de siècles d'obscurantisme, où la loi du silence était la norme quant aux troubles psychiques. Plus globalement, même si les débats se radicalisent, qu'il y a encore trop de haine sur les réseaux sociaux, je trouve que nous vivons aujourd'hui une époque formidable. Que ce soit sur les questions de genre, la place des personnes racisées dans l'espace publique et la révolution des représentations dans la pop culture, les choses ont évolué à une vitesse stupéfiante.

Vos projets pour ces prochaines années ?

J-V.B. : Développer le festival Pop & Psy, qui aura une seconde édition en Novembre 2023 et continuer d'écrire car c'est quelque chose qui me plait beaucoup. De plus en plus, je réfléchis à créer des narrations, de la fiction ou du documentaire. J'ai envie de continuer à défendre les valeurs d'inclusivité qui me sont chères, mais en créant des représentations plutôt qu'en les commentant.

Si vous deviez résumer votre raison d’être ?

J-V.B. :  Très vaste question, en tant que psychiatre j'ai moins l'habitude de répondre que de poser ce type d'interrogations ! Je dirais donner de l'espoir, car c'est central dans mon métier de soignant, mais aussi dans mon travail de destigmatisation des troubles psychiques et dans ma vie personnelle.

 

 

Vivez des expériences imaginées par L’ADN, et construisez votre réseau d’acteurs du changement.
Vous souhaitez rejoindre le collectif L’ADN Le Shift ?
Découvrez le programme de l’année et écrivez-nous ici pour nous faire parvenir votre candidature !

commentaires

Participer à la conversation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.