habillage
Ils font Shifter l'époque
Arnaud Pagès - Le 30 mars 2020
Elisha Karmitz
© Arno Lam

Portrait d'Elisha Karmitz, directeur général du groupe MK2

Actuellement directeur général de MK2, Elisha Karmitz a fait toute sa carrière dans le cinéma. Pour cet expert du 7ème art, les films peuvent être un puissant moteur de transformation de la société en imaginant un futur désirable.

L’ADN Le Shift est né d’une volonté de vous inviter à vivre ce que nous vivons en tant que média : vous connecter à ces pôles d’énergie de l’époque, initier les rencontres, faire naître d’authentiques conversations, et créer des relations durables. Aujourd’hui, en pleine crise sanitaire mondiale et confinés chez nous, nous avons besoin plus que jamais de créer du lien, de nous rencontrer et de vous présenter celles et ceux qui pensent et font le monde de demain. C’est pour cette raison que nous avons souhaité publier, en cette période inédite, les portraits des premiers membres de L’ADN Le Shift. Un portrait, une rencontre.

Que recherchiez-vous en rejoignant L'ADN Le Shift ?

Elisha Karmitz : MK2 est une société qui a été créée dans l'idée d'accompagner une révolution culturelle. C'est la genèse même de notre groupe qui a vu le jour en 1974. Le but initial était d'utiliser le cinéma comme véhicule pour participer aux transformations qui se produisaient à ce moment là dans le monde et en France, ce qui voulait dire s'opposer à une certaine forme d'immobilisme et de conservatisme. Ce sont des valeurs que nous portons toujours aujourd'hui à travers nos convictions, nos engagements et notre travail au quotidien. A ce titre, L'ADN Le Shift nous semblait être une communauté de réflexion qui pouvait être intéressante pour faire bouger les lignes.

 

Quelle est votre définition du changement ?

E.K. : Nous résumons nos convictions de cette manière : sélection, altérité, transmission. Ce sont ces engagements qui définissent notre travail depuis l’origine de l’entreprise. Cela c’est ce qui ne change pas, par contre nous devons nous adapter en permanence au monde. Changer, pour moi, c’est faire vivre ces notions, les questionner et les mettre en mouvement pour les renforcer. Changer, c’est apprendre, s’éduquer.

 

Pensez-vous que les initiatives collectives soient essentielles pour accélérer le changement ?

E.K. : L'écologie, la durabilité et la façon dont nous fabriquons l'avenir sont des enjeux pour notre entreprise, comme pour la plupart des gens. Aujourd'hui, la prise de conscience sur les problématiques environnementales est réelle et assez complète dans toutes les strates de la société. Le sujet, c'est qu'est ce qu'on fait et ce qu'on ne fait pas. Et c'est tout l'enjeu du Shift. Le fait d'avoir la capacité d'accéder aux bonnes informations, d'être au contact de gens qui portent des initiatives, de pouvoir les solliciter et d'enrichir notre manière de réfléchir, c'est évidemment intéressant.

 

Depuis peu, le cinéma souhaite opérer un virage vers le vert avec un certain nombre d'engagements pris par les studios. Comment MK2 participe à cette évolution ?

E.K. : Nous avons réouvert notre salle de cinéma à Nation en étant très vigilants aux problématiques écologiques. Nous avons trouvé un pop-corn bio et local et nous proposons une gamme de confiseries vegan. Nos spectateurs ont la possibilité de consommer leurs boissons dans des bouteilles en verre. Au passage, nous rencontrons les pires difficultés pour supprimer totalement le plastique, mais c'est un combat que nous menons. Au niveau de nos bureaux, nous avons un pris un certain nombre de mesures pour réduire notre empreinte carbone. Nous avons créé pour l'ensemble de nos salariés une boîte à idées, en les invitant à nous faire des suggestions. Nous souhaitons impliquer tout le monde dans le changement. C'est une préoccupation qui est forte pour nous et pour nos clients. Chez MK2, ces enjeux s'expriment également à travers les films que nous soutenons.

 

Le cinéma pourrait favoriser une prise de conscience encore plus large ?

E.K. : Si c'est ce qu'on attend de lui, oui. Mais je pense que le rôle du cinéma est autre. Il s'agit de donner à voir un futur qui est désirable. L'enjeu est de pouvoir créer des fictions qui vont inventer le monde de demain, et de montrer les risques encourus si on ne change pas. A ce titre, le rôle du cinéma est très important car il a la capacité de proposer des histoires avec lesquelles les spectateurs peuvent tisser un véritable lien émotionnel et affectif.

 

Qu'est ce qui a changé dans votre vie personnelle ?

E.K. : Énormément de choses. Aujourd'hui, je roule dans Paris en vélo électrique. J'ai réduit considérablement ma consommation de viandes et de poissons. Je consomme principalement des produits qui viennent d'une agriculture à la fois raisonnée, locale et biologique. Je n'utilise plus de bouteilles en plastique, et c'est le cas également dans les bureaux de MK2. J'essaie de ne pas me déplacer quand ce n'est pas absolument nécessaire et de me désintoxiquer de l'information en continue, ce qui est pour moi une forme d'écologie pour le cerveau. Mais je pense que ce n'est pas assez et qu'il est toujours possible d'aller plus loin

 

Quels sont vos objectifs pour 2020 ?

E.K. : Chez MK2, nous visons à une consommation zéro de plastique. Nous travaillons à des solutions pour y parvenir. Nous avons souhaitons également réduire notre consommation énergétique en privilégiant au maximum le renouvelable. Nous sommes d'ailleurs ouvert à la discussion avec les gens qui pourraient nous proposer des solutions pour y parvenir.

 

Elisha Karmitz est membre de L’ADN Le Shift - le collectif des Nouveaux Mutants.
Vivez des expériences imaginées par L’ADN, et construisez votre réseau d’acteurs du changement.
Vous êtes également un acteur du changement et vous souhaitez rejoindre le collectif L’ADN Le Shift ?
Découvrez le programme de l’année et écrivez-nous ici pour nous faire parvenir votre candidature !

Arnaud Pagès - Le 30 mars 2020
À lire aussi
premium2
habillage