habillage
premium 1
premium 1
Ils font Shifter l'époque
Arnaud Pagès - Le 10 avr. 2020
Edouard Keller

Portrait d'Edouard Keller, head of international sales chez Carlin Creative

Après s'être frotté au marketing dans l'agro-alimentaire et avoir fait ses gammes chez plusieurs poids lourds de la mode, Edouard Keller a rejoint le cabinet de tendances Carlin il y a 3 ans. En fin observateur du marché, il accompagne les entreprises du textile dans leur transformation durable.

L’ADN Le Shift est né d’une volonté de vous inviter à vivre ce que nous vivons en tant que média : vous connecter à ces pôles d’énergie de l’époque, initier les rencontres, faire naître d’authentiques conversations, et créer des relations durables. Aujourd’hui, en pleine crise sanitaire mondiale et confinés chez nous, nous avons besoin plus que jamais de créer du lien, de nous rencontrer et de vous présenter celles et ceux qui pensent et font le monde de demain. C’est pour cette raison que nous avons souhaité publier, en cette période inédite, les portraits des premiers membres de L’ADN Shift. Un portrait, une rencontre.

 

Quelles sont vos fonctions chez Carlin ?

Edouard Keller : Mon poste est très transversal. Je m'occupe du développement à l'export mais aussi de la coordination de notre réseau d'agents et de distributeurs répartis dans 15 pays. Je gère également nos cahiers de tendances. Nous en publions 18 tous les ans. C'est notre activité historique.

 

Quel acteur du changement êtes-vous ?

E.K. : Je suis un observateur du marché et des bonnes pratiques. Grâce aux conseils que je délivre à mes clients, j'ai également une mission d'accompagnement vers le changement. A ce titre, je suis animé par l'envie de faire changer les choses à court, moyen et long terme. Chez Carlin, nous travaillons sur la RSE depuis plus de 5 ans avec un positionnement différenciant. Notre volonté, c'est de ne pas perdre en créativité sous prétexte de propreté. Les contraintes RSE doivent être vues comme une opportunité pour stimuler la créativité. Ce n'est pas parce qu'on est propre qu'on doit ne faire que du kraft. Notre volonté, c'est d'amener des choses fortes à nos clients tout en respectant les contraintes. Le changement au sein de l'industrie de la mode prend forme doucement. Aujourd'hui, tout doit être remis à plat.

 

Votre accompagnement passe par du conseil et des idées ?

E.K. : C'est en effet du conseil qui repose sur le branding, c'est à dire la stratégie de marque, mais aussi du design. J'aide les clients dans la conception de leurs collections et dans leur sourcing pour trouver des matières durables et des process responsables. Je les aide aussi dans leur communication grâce à notre agence en interne. Nous travaillons avec nos clients sur leurs visuels, leurs books, leurs défilés. De nombreuses marques ont commencé à mettre en place des changements mais elles ont du mal à faire passer l'information de manière efficace à leurs clients.

 

Est-ce que vous travaillez avec des start-ups pour accélérer ce changement ?

E.K. : Nous sommes de plus en plus actif sur des secteurs connexes, ce qui est une vraie richesse. Notre volonté, c'est de s'entourer des meilleurs partenaires pour accélérer le changement et d'avoir les meilleurs interlocuteurs.

 

Si vous deviez choisir 3 mots pour résumer le changement que vous essayer d'impulser ?

E.K. : Tout d'abord la créativité. La mode reste un métier de création et d'instinct. Ensuite l'innovation, car c'est grâce à elle que nous allons nous en sortir. A ce titre, il faut prendre plus de risques pour transformer les pratiques et ne pas être suiveur. Et enfin l'ouverture. Ces enjeux nécessitent en effet que les marques travaillent entre elles et laissent de côté leur précarrés. Il faut que les best practices soient partagées. C'est une nécessité.

 

Quels sont vos défis pour 2020 ?

E.K. : Nous comptons prendre la parole sur cette volonté d'accompagner nos clients et nos marques vers des process et des offres plus propres. Aujourd'hui, l'éco-responsabilité est devenu un prérequis pour la mode. Ce n'est pas une option. Il faut continuer à fabriquer des produits désirables mais en opérant différemment.

 

Edouard Keller est membre de L’ADN Le Shift - le collectif des Nouveaux Mutants.
Vivez des expériences imaginées par L’ADN, et construisez votre réseau d’acteurs du changement.
Vous êtes également un acteur du changement et vous souhaitez rejoindre le collectif L’ADN Le Shift ?
Découvrez le programme de l’année et écrivez-nous ici pour nous faire parvenir votre candidature !

Arnaud Pagès - Le 10 avr. 2020
À lire aussi
premium2
habillage