habillage
premium1
premium1
Ils font Shifter l'époque
Arnaud Pagès - Le 3 mai 2021
Portrait de Veronique Raoul
© Ingrid HOFFMANN

Portrait de Véronique Raoul, fondatrice de 5 Zèbres

Véronique Raoul a notamment piloté le comité stratégique innovation chez Chanel Parfums Beauté et créé et dirigé une agence de presse et de production audio-visuelle. Début 2020, elle a fondé l'agence de conseil en communication 5 Zèbres pour accélérer le développement des organisations qui veulent contribuer à un monde durable.

L’ADN Le Shift est né d’une volonté de vous inviter à vivre ce que nous vivons en tant que média : vous connecter à ces pôles d’énergie de l’époque, initier les rencontres, faire naître d’authentiques conversations, et créer des relations durables. Aujourd’hui, en pleine crise sanitaire mondiale, nous avons besoin plus que jamais de créer du lien, de nous rencontrer et de vous présenter celles et ceux qui pensent et font le monde de demain. Un portrait, une rencontre.

 

Avec 5 Zèbres, comment travaillez-vous pour générer de l'impact positif ?

Véronique Raoul : Notre raison d'être est d'œuvrer pour un monde durable. Je suis convaincue que la communication est un puissant vecteur de transformations positives. Grâce à elle, il est possible d'accélérer le développement d'une entreprise, qu'elle soit nativement à impact positif ou qu'elle souhaite mieux prendre en compte les enjeux environnementaux et sociaux. Pour ce faire, nous nous appuyons sur une approche personnalisée. Chaque cas est différent, y compris au sein d'une même entreprise. Cela veut dire écouter, révéler, inspirer, engager les gens que j'accompagne. Pour y parvenir, je m'imprègne de leurs enjeux, de leurs objectifs, de leurs stratégies ainsi que des valeurs de leur entreprise. J'identifie avec eux leurs forces et leurs axes de progression. Un point très important pour moi est d'associer les parties prenantes, et ce de manière sincère, pour qu'elles prennent conscience de leur pouvoir d'impact sur le monde.

 

Vos clients vous adressent quels types de problématiques?

V.R. : Il y a, par exemple, une entreprise qui m'a approché récemment... Ils investissent leurs bénéfices dans une mission humaniste. Ils la mettaient en avant auprès de leurs clients mais elle n'était pas comprise par ceux-ci... Il y avait un besoin d'alignement entre la mission globale de l'entreprise et la communication marketing autour des produits. La solution a été de réécrire la plateforme de marque et de la développer auprès des différents publics. Pour une autre entreprise, nativement à impact positif, l'enjeu a été de les accompagner à structurer et à développer leur stratégie d'influence, aussi bien dans la presse qu'au niveau des donneurs d'ordres. J'interviens sur la stratégie de communication, l'influence, l'accompagnement de la transformation des organisations ou sur tous les défis liés aux entreprises à mission et aux stratégies RSE.

 

Est-ce que vous travaillez plus particulièrement avec les départements RSE ?

V.R. : En fait je travaille principalement avec les responsables marketing et les services de communication et non RSE...  Peut-être parce que ce n'est pas vers eux que je me dirige en priorité. Pour autant je pense que les directeurs RSE d'aujourd'hui seront les directeurs stratégies de demain, car je suis convaincue que les valeurs qu'ils portent doivent infuser l'ensemble de l'entreprise. A propos de ma démarche commerciale, je préfère que les clients viennent à moi, challenger ensemble leur besoin, le reformuler le cas échéant. Surtout, je fuis le green washing et le social washing. Je m'autorise à refuser un client si je me rends compte qu'il vient me voir juste pour se forger une bonne image, mais qu'il n'a pas sincèrement envie de changer les choses.

Pour faire face aux défis actuels, qu'ils soient sanitaires ou climatiques,  est-ce qu'on ne manque pas de bonnes nouvelles et d'une meilleure valorisation des initiatives positives ?

V.R. : C'est totalement le cas. C'est pour cette raison que la communication positive est importante. Il faut être dans la conspiration positive. Il faut allier utopie et pragmatisme. Toutes les bonnes nouvelles, les initiatives positives, doivent être valorisées et largement diffusées. Jamais en les exagérant, mais toujours en voyant comment elles peuvent inspirer les individus et les organisations. Je crois à l'effet papillon. Il faut les communiquer et il faut les expliciter pour que chacun puisse s'en emparer.

Je pense que pour qu'une société soit durable, il faut qu'elle soit vivante, évolutive et joyeuse. Pour cela, elle a besoin de bonnes nouvelles. Il faut donner de l'espoir. C'est essentiel pour que chacun puisse avoir la motivation d'agir à son niveau. Finalement, le changement passe aussi par la capacité à identifier les succès et à les célébrer. 

 

Votre grand projet pour 2021 ?

V.R. : Gagner en impact, que ce soit pour moi, pour mes partenaires et pour mes clients... Continuer à mettre mon expérience et mon énergie à la disposition des organisations. Faire monter en connaissance et en compétences les parties prenantes et faire évoluer l'ensemble des communautés vers un monde plus durable. C'est ambitieux et cela nécessite de se réinventer en permanence.

 

Véronique Raoul est membre de L’ADN Le Shift.
Vivez des expériences imaginées par L’ADN, et construisez votre réseau d’acteurs du changement.
Vous êtes l'un d'entre eux et souhaitez rejoindre le collectif ?
Découvrez le programme de l’année et écrivez-nous ici pour nous faire parvenir votre candidature !

Arnaud Pagès - Le 3 mai 2021
À lire aussi
premium2
premium2