habillage
premium1Advertisement
premium1Advertisement
Ils font Shifter l'époque
Arnaud Pagès - Le 1 avr. 2020
Stéphane Brunerie
© Louis Baguenault

Portrait de Stéphane Brunerie, directeur marketing de St Michel Biscuits

A la tête du département marketing des biscuits Saint-Michel depuis cinq ans, Stéphane Brunerie s'efforce de faire bouger les lignes dans le secteur de l'alimentation en offrant au plus grand nombre la possibilité de consommer des produits gourmands de qualité. Il est également le créateur du blog StripFood, qui décrypte l’évolution de notre rapport à l’alimentation.

L’ADN Le Shift est né d’une volonté de vous inviter à vivre ce que nous vivons en tant que média : vous connecter à ces pôles d’énergie de l’époque, initier les rencontres, faire naître d’authentiques conversations, et créer des relations durables. Aujourd’hui, en pleine crise sanitaire mondiale et confinés chez nous, nous avons besoin plus que jamais de créer du lien, de nous rencontrer et de vous présenter celles et ceux qui pensent et font le monde de demain. C’est pour cette raison que nous avons souhaité publier, en cette période inédite, les portraits des premiers membres de L’ADN Le Shift. Un portrait, une rencontre.

 

Votre conception du changement est-elle collective ou individuelle ?

Stéphane Brunerie : Dans un monde qui est aujourd'hui totalement différent, les solutions se trouvent à mon sens dans la collaboration. C'est évident. L'époque est au décloisonnement et au dialogue entre toutes les parties prenantes. Cela vaut à l'intérieur de l'entreprise, où les différents secteurs doivent davantage communiquer entre eux, comme à l'extérieur. C'est parce qu'il y aura une impulsion collective qu'on avancera réellement.

 

La recherche de cette impulsion a motivé votre adhésion au Shift ?

S.B. : Aujourd'hui, nous traversons une période de grandes ruptures. Nous devons à la fois réiventer notre façon de penser et nos méthodes de travail. J'y suis confronté au quotidien dans mon job de directeur marketing et je me sens extrêmement concerné par ces enjeux. J'ai été séduit par l'approche rupturiste du Shift qui rapproche des gens d'horizons différents pour penser autrement la société. Depuis 11 ans, j'essaye d'amener des idées nouvelles et de favoriser la collaboration entre les talents et les départements. Pour anticiper les enjeux de demain, j'ai besoin de m'oxygéner et d'être en contact avec des gens qui n'ont pas la même culture ni les mêmes sensibilités que moi. C'est quelque chose qui me nourrit.

 

Que faites-vous à votre niveau pour transformer la société ? 

S.B. : Pour changer, il faut ne pas attendre que tout le monde soit autour de la table. Il faut encourager les nouvelles pratiques et construire autour d'elles sans attendre l'alignement des planètes pour se mettre en chemin. Il y a maintenant un peu plus de 10 ans, Saint-Michel a été pionnier dans les politiques de RSE. Nous nous sommes inscrit très tôt dans des filières de qualité, sur des ingrédients comme le blé en travaillant avec des agriculteurs français. Nous avons totalement supprimé l'huile de palme de nos recettes et nous utilisons des œufs de poules élevées en plein air. Nous investissons sur des solutions alternatives pour améliorer la qualité et l'impact des produits. L'alimentation est un challenge majeur. Nous ne sommes qu'au début de tous les enjeux auxquels il va falloir faire face, que ce soit sur l'emballage ou sur la traçabilité.

 

Comment faire encore mieux ?

S.B. : Je pense que globalement ce qui manque dans notre société, c'est une direction et un cap. Il faut une boussole du changement. C'est est un grand enjeu. Aujourd'hui, il y a une surinformation sur l'alimentation et les gens ne savent plus véritablement dans quel sens aller. Face à cette situation complexe, il faut poser les choses de façon simple. Il faut de la pédagogie, et ce le plus tôt possible en misant sur l'éducation des enfants. Les pouvoirs publics ont leur responsabilité sur ce sujet. Mais il est également possible à chacun et chacune d'activer des solutions simples qui sont identifiable dans le local, là ou chaque citoyen peut avoir encore de l'emprise pour faire bouger les choses face à un système devenu beaucoup trop globalisé et interdépendant qui nous échappe.

 

Quels sont vos objectifs de transformation ?

S.B. : Aujourd'hui, nous avons une stratégie de RSE qui s'appelle le "goût de la transmission" et qui a pour but de faire perdurer et transmettre nos recettes et nos savoir-faire pour les prochaines générations. C'est important de transmettre le patrimoine. Nous allons continuer notre politique de "clean label" en supprimant un plus grand nombre d'additifs de nos produits, en réduisant encore plus le sucre et en privilégiant les ingrédients locaux. Mais aussi en diminuant nos emballages et en renforçant le recyclage. Nous travaillons également sur les portions pour éviter la surconsommation. Nous faisons de la pédagogie auprès des enfants de classes d’âges différentes (le goût, les ingrédients, les métiers de l’agro-alimentaire, le recyclage, la nutrition,…) en accueillant des classes en partenariat avec l’éducation nationale.

 

Et dans votre vie personnelle ?

S.B. : J'ai commencé par de petits gestes du quotidien comme par exemple tout simplement utiliser l’eau du robinet en libre-service. J'essaye également de rééquilibrer mon alimentation en diminuant la part de la viande au profit des protéines végétales mais également de privilégier au maximum l'approvisionnement local dans mes produits alimentaires. Et j'aimerais vraiment arrêter d'avoir une voiture. C'est mon prochain challenge. En attendant, j’essaye de privilégier le train quand cela reste possible.

 

Stéphane Brunerie est membre de L’ADN Le Shift - le collectif des Nouveaux Mutants.
Vivez des expériences imaginées par L’ADN, et construisez votre réseau d’acteurs du changement.
Vous êtes également un acteur du changement et vous souhaitez rejoindre le collectif L’ADN Le Shift ?
Découvrez le programme de l’année et écrivez-nous ici pour nous faire parvenir votre candidature !

Arnaud Pagès - Le 1 avr. 2020
À lire aussi