habillage
Ils font Shifter l'époque
Arnaud Pagès - Le 9 juill. 2020
Portrait de Sophie Greiner
© DR

Portrait de Sophie Greiner, directrice de la communication de la MACIF

Normalienne, agrégée d'anglais et détentrice d'un Master en civilisation britannique, Sophie Greiner est depuis toujours animée par le souci du partage et de l'intérêt général. Experte en communication, elle a débuté sa carrière dans la sphère publique, pour rejoindre ensuite le monde de l’entreprise en devenant notamment Responsable de la Communication Institutionnelle d’un groupe d’assurance. Début 2020, elle a été nommée Directrice de la Communication de la Macif avec l'ambition de mieux faire connaître le modèle mutualiste et les engagements du groupe. Passionnée par les mots, elle se consacre par ailleurs à l’écriture et la mise en scène pour le théâtre sur des débats de société.

L’ADN Le Shift est né d’une volonté de vous inviter à vivre ce que nous vivons en tant que média : vous connecter à ces pôles d’énergie de l’époque, initier les rencontres, faire naître d’authentiques conversations, et créer des relations durables. Aujourd’hui, en pleine crise sanitaire mondiale, nous avons besoin plus que jamais de créer du lien, de nous rencontrer et de vous présenter celles et ceux qui pensent et font le monde de demain. C’est pour cette raison que nous avons souhaité publier les portraits des membres de L’ADN Le Shift. Un portrait, une rencontre.

 

Que signifie le changement pour vous ?

Sophie Greiner : Je pense que le changement est d'abord une affaire de perception. Il peut être positif comme négatif, subi, souhaité ou désiré. Le plus important est de savoir ce qu'on met derrière, et surtout ce qu'on en fait. Pourquoi change-t-on ? Au nom de quelles valeurs ? Pour quelle société demain ? La question du sens est primordiale. Les valeurs peuvent rester les mêmes, et en même temps être un vrai moteur de changement. Depuis 60 ans, la Macif reste fidèle à ses valeurs d’entraide et d’engagement qui sont plus que jamais d’actualité. La période que nous venons de vivre, par exemple, a montré des élans de solidarité inédits. Elle a fait aussi émerger plus largement le désir d'un monde différent autour du local et des circuits courts, du devoir de transparence, d'éthique et de responsabilité des organisations, du soutien aux plus vulnérables, d’une exigence environnementale en constante augmentation chez les nouvelles générations... Il faut savoir saisir les opportunités de changement en opérant de vrais choix de société. La vague verte des Municipales est un signal et nous pouvons être nous-mêmes des acteurs du changement positif. A sa création, la Macif  a participé à la révolution de l'assurance en France en adoptant un modèle d’entreprise différent, mutualiste. 60 ans après, celui-ci est en résonance parfaite avec les aspirations actuelles, car il est libre et citoyen et qu'il met la société civile au cœur de sa gouvernance. Nous avons aujourd'hui la responsabilité, en tant qu'acteur économique, de faire bouger les lignes à une échelle beaucoup plus globale.

 

Comment y contribuez-vous à titre personnel ?

S.G. : Je garde en tête au quotidien qu'il existe des modèles alternatifs, éprouvés depuis des années, qui sont différents du modèle économique dominant. Ils sont trop souvent méconnus. Chez un assureur mutualiste par exemple, les sociétaires font partie de la gouvernance. Ils sont représentés par des délégués qui sont acteurs de tous les grands projets que nous menons, dans un principe démocratique. En tant que Directrice de la Communication, mon rôle et ma contribution au changement consistent à faire savoir que ces modèles existent et qu'ils constituent un véritable contre-pouvoir économique et citoyen. Il appartient aux différents acteurs de savoir si ils veulent adopter ce type de fonctionnement, à la fois transparent, solidaire, démocratique et humain.

 

Pouvez-vous nous rappeler les principaux engagements de la Macif en faveur d'un monde plus durable ?

S.G. : Récemment, nous avons fait une grande consultation avec l'ensemble de nos parties prenantes - nos collaborateurs, sociétaires, délégués de sociétaires - pour formuler notre raison d’être et définir les principaux engagements de la Macif. Depuis toujours, ils concernent l'ensemble de la chaîne de valeur de notre métier, que ce soit la gouvernance, les investissements, les actions de prévention réalisées sur le terrain, avec un principe de réciprocité. Les gens s'engagent vis-à-vis des autres, les employeurs vis-à-vis des salariés, les délégués vis-à-vis des sociétaires... Nous avons la force du collectif avec nous pour pouvoir faire bouger les lignes. Le nombre est important pour avoir un impact positif et durable sur la société. L'année dernière, nous avons soutenu et investi, plus de 5 milliards d'euros, dans les entreprises qui contribuent activement à la transition énergétique, à la lutte contre le réchauffement climatique et pour la protection de la biodiversité. Nous avons une politique d'exclusion totale du charbon de nos investissements à horizon 2030. Sur le plan du développement durable, nous sommes aussi actifs sur la mobilité douce. Nous agissons également, au-delà de notre métier, sur le volet social, qui va devenir encore plus important dans les prochains mois du fait de la crise économique. Nous avons cette volonté forte de renforcer notre rôle d'amortisseurs pour protéger les plus vulnérables d'entre nous. Une orientation inscrite dans notre ADN : la Macif est par exemple le seul assureur en France, depuis plus de 20 ans, à proposer une Prestation Solidarité Chômage pour nos sociétaires en situation de perte d’emploi et de baisse significative de revenus. Dans le cadre de notre rôle assurantiel, nous sommes engagés pour une société plus juste et plus protectrice.

 

Le projet qui vous tient à cœur en 2020 ?

S.G. : Contribuer à promouvoir les actions de soutien à nos sociétaires les plus fragilisés par la crise, avec cette préoccupation de pouvoir œuvrer à notre échelle en jouant collectivement un rôle de protection. Sur un registre plus personnel, j’ai hâte de retrouver le chemin des salles de théâtre. La performance, le lien avec le public, la sociabilité, la place de la culture dans la société manquent particulièrement.

 

Sophie Greiner est membre de L’ADN Le Shift - le collectif des Nouveaux Mutants.
Vivez des expériences imaginées par L’ADN, et construisez votre réseau d’acteurs du changement.
Vous êtes l'un d'entre eux et souhaitez rejoindre le collectif ?
Découvrez le programme de l’année et écrivez-nous ici pour nous faire parvenir votre candidature !

Arnaud Pagès - Le 9 juill. 2020
À lire aussi
premium2
premium2