habillage
premium 1
premium 1
Ils font Shifter l'époque
Arnaud Pagès - Le 28 mai 2020
Portrait de Sophie Geiswiller
© Delphine Chenu

Portrait de Sophie Geiswiller, fondatrice de SO ! Positive Value

Détentrice d'un DESS en marketing, Sophie Geiswiller a fait l'essentiel de sa carrière dans le corporate et consumer branding. Après s'être formée au développement durable à l'Institut des Futurs Souhaitables, elle est devenue consultante en communication et stratégie RSE. Avec SO ! Positive Value, un collectif agile de consultants, de communicants et de créatifs, elle accompagne depuis 5 ans les marques dans leur communication responsable afin de mobiliser et engager leurs parties prenantes.

L’ADN Le Shift est né d’une volonté de vous inviter à vivre ce que nous vivons en tant que média : vous connecter à ces pôles d’énergie de l’époque, initier les rencontres, faire naître d’authentiques conversations, et créer des relations durables. Aujourd’hui, en pleine crise sanitaire mondiale, nous avons besoin plus que jamais de créer du lien, de nous rencontrer et de vous présenter celles et ceux qui pensent et font le monde de demain. C’est pour cette raison que nous avons souhaité publier, en cette période inédite, les portraits des premiers membres de L’ADN Le Shift. Un portrait, une rencontre.

 

Qu'est ce qui vous a poussé vers la RSE ?

Sophie Geiswiller : Comme beaucoup de gens, j'ai fait ma crise de sens. C'était fin 2014. J'avais énormément travaillé, trop sans doute. Je ne m’épanouissais plus du mon travail. Je voulais que mon métier de communicante devienne utile à la société. À l'époque, j'avais commencé à travailler avec Engie et je m'intéressais aux énergies renouvelables, à la mobilité durable, à la ville de demain … Je sentais qu'il y avait une vraie transformation en cours. J'avais envie de comprendre ce qui se passait pour pouvoir participer au changement de notre société. La RSE est un sujet extrêmement complexe de par sa dimension systémique. L'approche que l'on en a est trop souvent silotée et insuffisamment transversale, ce qui créé des incohérences et du greenpurpose. Le sociétal, le social, l’environnemental et l'économique sont liés. La RSE ne peut être séparée de la stratégie, du business, de l’innovation, des RH au sein des entreprises. Elle doit être au coeur de leur business model.

 

Qu'est ce que vous apportez à vos clients ?

S.G. : Quand j'ai lancé SO! Positive Value début 2015, je trouvais que la plupart des agences étaient en décalage avec l’évolution de notre monde et des entreprises. Les clients avaient besoin de structures agiles, ayant la capacité de mettre en place rapidement des équipes et de mobiliser des experts pour répondre à leurs besoins spécifiques. Il fallait donc changer de fonctionnement. Par rapport à d'autres agences, SO ! Postivie Value est une structure très collaborative et très souple. Aujourd'hui, je peux m'appuyer sur un réseau étoffé de freelances, dont des spécialistes du conseil en RSE. L'idée, c'est d'aller gratter au maximum pour ne pas faire du greenwashing. Nous étudions les enjeux, la stratégie, les objectifs, les engagements, les actions concrètes mises en place, et l'alignement de tous ces éléments, pour communiquer avec sincérité et transparence sur l'utilité de la marque. L'enjeu majeur de la communication responsable, c'est la cohérence entre la parole et les actes.  

 

Quelle est votre vision du changement?

S.G. : Le changement est devenu un pré requis. C'est d'abord une prise de conscience et une vraie volonté d'agir. La transformation sociétale nécessite une transformation profonde des individus. Nous devons changer  notre vision du monde, de l’entreprise, de la nature, de la place de l’Homme... et de la femme afin de reprogrammer notre modèle. Il faut ouvrir le champ des possibles. C'est avant tout une question de bon sens. Notre responsabilité individuelle à œuvrer pour le bien commun et celui de la planète est la base de la construction d’un monde humaniste et positif.

 

Les marques doivent devenir utiles ?

S.G. : Tout à fait. Demain, les marques ne feront du business que si elles apportent une contribution positive à la société. Une nouvelle façon de travailler, plus solidaire, plus humaine et plus inclusive est en train d'émerger. Surtout et avant tout, le pouvoir est aujourd'hui aux citoyens et aux consommateurs. Pour répondre à leur besoin de vivre et consommer autrement, il est devenu vital pour les marques de repenser leur modèle. Certaines considèrent déjà que la RSE leur permet de reconfigurer leur business pour le rendre pérenne. Elles comprennent qu’une véritable révolution est en cours. C’est qui le patron ?! a contribué à faire bouger les lignes en chamboulant la chaîne de valeur de tout le secteur de l’agroalimentaire. Des marques comme la Camif ou la Maif deviennent inspirantes. Pour moi, c'est le début réel du changement. Celles qui ne changeront pas vont tout simplement disparaître. Les marques doivent devenir « activistes » en s’engageant avec toutes leurs parties prenantes et en épousant des causes qui font sens avec leur métier. Le covid sera peut-être cet électrochoc nécessaire pour évoluer dans la bonne direction. Demain, il faudra être dans l'empathie, dans l'écoute, et dans la co-construction. C'est ce qui est en train d'évoluer le plus vite en ce moment.

 

Vos grands défis pour 2020 ?

S.G. : À titre personnel, m’engager plus dans des actions solidaires, comme le bénévolat avec Probono Lab et toujours expérimenter, apprendre et comprendre pour pouvoir donner à mes clients. À titre professionnel, « positiver » ce que le Covid révèle pour repenser notre chaîne de valeur : notre capacité à nous mobiliser avec solidarité et à innover avec agilité et coopération, notre prise de conscience du lien entre santé de la terre et des écosystèmes et notre propre santé.

 

Sophie Geiswiller est membre de L’ADN Le Shift - le collectif des Nouveaux Mutants.
Vivez des expériences imaginées par L’ADN, et construisez votre réseau d’acteurs du changement.
Vous êtes également un acteur du changement et vous souhaitez rejoindre le collectif L’ADN Le Shift ?
Découvrez le programme de l’année et écrivez-nous ici pour nous faire parvenir votre candidature !

Arnaud Pagès - Le 28 mai 2020
À lire aussi
premium2
habillage