habillage
Ils font Shifter l'époque
Arnaud Pagès - Le 1 juill. 2020
Portrait d'Arnaud Meunier

Portrait d'Arnaud Meunier, acteur, metteur en scène et directeur de la Comédie de Saint-Etienne

Acteur, metteur en scène et passionné de théâtre, Arnaud Meunier a d'abord décroché un diplôme de sciences politiques avant de se former au métier de comédien et de fonder, en 1997, la Compagnie de la Mauvaise Graine. Habité par des valeurs humanistes, il est, depuis 2011, directeur de la Comédie de Saint-Étienne, un lieu de création qui est à la fois un Centre dramatique national et une école supérieure d'art dramatique. A travers les pièces qu'il propose, adaptées d'auteurs et d'autrices encore en vie, il aborde les grandes problématiques sociétales et environnementales de notre époque, tout en oeuvrant à rendre la pratique théâtrale un peu plus éco-responsable.

L’ADN Le Shift est né d’une volonté de vous inviter à vivre ce que nous vivons en tant que média : vous connecter à ces pôles d’énergie de l’époque, initier les rencontres, faire naître d’authentiques conversations, et créer des relations durables. Aujourd’hui, en pleine crise sanitaire mondiale, nous avons besoin plus que jamais de créer du lien, de nous rencontrer et de vous présenter celles et ceux qui pensent et font le monde de demain. C’est pour cette raison que nous avons souhaité publier les portraits des membres de L’ADN Le Shift. Un portrait, une rencontre.

 

Quelle est votre vision du changement?

Arnaud Meunier : Vaste question. Avec la crise sanitaire que nous venons de traverser, il est clair que nous sommes en train de vivre une transition environnementale, démocratique et sociale inédite. Quand on dirige un lieu dédié à la création, la question de savoir de quelle manière il est possible d'y participer devient incontournable. Du coup, il faut à la fois déterminer notre apport au changement et remettre en question nos propres process.

 

Du coup, que faites-vous à votre niveau pour favoriser cette transition ?

A.M. : Nous travaillons sur les imaginaires en posant la question de l'environnement, de l'équilibre, de la place de l'Homme sur la planète et au sein de la société... Nous abordons également la question du genre qui concerne énormément les jeunes générations. Nous venons de boucler le concours d'entrée de l'école avec 750 candidats pour 10 places. Nous avons été frappés de voir à quel point le genre est devenue une problématique extrêmement saillante. Et au delà, l'égalité, la diversité, la parité sont également très prégnants. La jeune génération pousse pour une société plus juste. Du coup, nous nous devons d'aborder ces questions. Et également celle de l'adéquation entre les êtres humains et la planète. Nous avons changé nos habitudes de travail. Nous avons banni le  plastique et nous essayons de diminuer drastiquement notre bilan carbone. Nous sommes une entreprise comme une autre et nous devons devenir vertueux.

 

C'est nouveau pour le théâtre ?

A.M. : C'est en effet très récent. Nous avons maintenant un référent écoresponsable ainsi qu'une référente parité et diversité. Les théâtres sont en train de progresser de plus en plus sur ce sujet. Cette évolution s'explique par la pression sociale qui monte mais aussi par une prise de conscience de plus en plus forte de la part des différents acteurs. Avec la pandémie, les sujets environnementaux vont devenir encore plus concrets. 

 

Comment ces préoccupations sociétales et environnementales se retrouvent-elles dans votre programmation ?

A.M. : Ce que nous proposons est centré autour de la création contemporaine. L'immense majorité des spectacles qui sont montrés à la Comédie sont des pièces inédites, écrites par des autrices ou des auteurs d'aujourd'hui. Nous étions en train de monter un nouveau projet lorsqu'il a été stoppé net par le Covid... mais il redémarre. Il s'appelle Ensemble. Il a pour objet la lutte contre les discriminations, en particulier le racisme, l'antisémitisme, la haine anti- LGBT, et porte également en lui des valeurs d'inclusion. Grâce à cette pièce, ce sont 400 jeunes venant des quartiers prioritaires de la métropole stéphanoise qui ont pu faire du théâtre pour la première fois. Ils ont eu l'opportunité d'explorer ces sujets à travers la découverte de la scène. Dans notre programmation annuelle, je pourrais citer mille et un projets qui traitent de l'homophobie, de l'égalité hommes / femmes, de la diversité... Dès 2014, nous avons mené le premier programme dédié à l'égalité des chances pour aider les jeunes défavorisés à passer les concours des écoles supérieures dramatiques. Il y a très peu de places. C'est extrêmement sélectif. Aujourd'hui, nous avons 25 jeunes venant des quartiers qui ont intégré une école supérieure d'art dramatique, dont quatre le Conservatoire National Supérieur de Paris. Nous faisons en sorte de concrétiser les valeurs humanistes auxquelles nous croyons.

 

Vos projets à venir ?

A.M. : Nous allons reprendre la mise en scène de Candide que nous devions jouer en avril au Théâtre de la Ville de Paris. Je vais également mettre en scène une pièce de Laurent Mauvignier qui s'appelle Tout mon amour, avec Philippe Torreton et Anne Brochet. Elle sera présentée au Théâtre du Rond-Point à partir du mois de mars 2021.

 

Arnaud Meunier est membre de L’ADN Le Shift - le collectif des Nouveaux Mutants.
Vivez des expériences imaginées par L’ADN, et construisez votre réseau d’acteurs du changement.
Vous êtes l'un d'entre eux et souhaitez rejoindre le collectif ?
Découvrez le programme de l’année et écrivez-nous ici pour nous faire parvenir votre candidature !

Arnaud Pagès - Le 1 juill. 2020
À lire aussi