habillage
actu_32048_vignette_alaune

L’Echappée Volée : un bol d’inspiration

Le 31 mai 2016

Pari réussi pour la nouvelle édition de L’Echappée Volée qui a réuni ce week-end plus de 1 000 curieux autours d’un panel réjouissant de speakers.

« Rêver – Oser – changer » ! L’invitation de L’Echappée Volée ne manque pas d’air… et, effectivement, on repart du domaine écolabel des Fontaines en ayant pris son plein d’oxygène.

 

Ici, on s’immerge dans la culture numérique avec enthousiasme, sans négliger pour autant de se frotter aux questions éthiques, politiques, sociales, juridiques… qu’elle draine. Se préparer « aux transformations radicales qui nous attendent dans les quinze prochaines années ». Telle est la question. Ne pas hésiter à devenir soi-même un agent du changement. Telle est la réponse. Pour réussir ce pari, Michel Levy Provencal et son équipe de l’agence Brightness ont réuni pour la troisième année une communauté ouverte, mixant chercheurs, philosophes, entrepreneurs, artistes, activistes, et dans la salle des curieux de tous horizons, de tout âges (le plus jeune ayant moins de 3 mois), de tout poils (avec reconnaissons-le, une proportion confortable, d’hipsters à poils longs) et même une très remarquée perruche.

 

Sur scène, les speakers alternent entre têtes d’affiches et nouvelles têtes, dans un réjouissant ballet d’idées, et de projets… On y découvre des Civic Tech (jemengage, voxe.org…), des nouveaux matériaux (Pollen AM, Woodoo…), des bio hackers... On y parle de revenu universel (Marc de Basquiat), de nouvelles formes d’éducation (Marielle van der Meer, Alyette Tritsch...), de robotique (Gaël Langevin), de blockchain (Primavera de Filippi), de commerce équitable (Sébastien Kopp de Veja…), mais aussi de cyber guerre (Guy-Philippe Goldstein) et de nouvelles contraintes juridiques (Alain Bensoussan)…

 

Quant aux grands félins habitués des plateaux, ils n’hésitent pas ici à échanger leurs points de vue à coup de pattes. Laurent Alexandre, dans le rôle du techno. relativement sceptique, s’affirme résolu à laisser la jeune génération décider si, oui ou non, elle veut vaincre la mort, ce à quoi le philosophe Jean-Michel Besnier lui répond que la vie ne peut se concevoir sans cette limite. Miguel Benasayag, philosophe et psychanalyste, conclut en démettant tous les technophiles qui confondent trop volontiers une vie plus rapide avec une vie qui fait sens…

 

Côté sensible, la compagnie de danse Charlie Wood a rythmé le week end de performances, la chanteuse Camélia Jordana a, en live, composé un morceau à partir de samples de sa voix montés en boucle, l’humoriste Michaël Hirsch a proposé une relecture décalée des débats du jour. Quant à nos amis d’Usbek & Rica, lors d’un joyeusement chahuté Tribunal des Générations Futures, ont tâché de trancher le débat suivant : « Faut-il quitter la Terre ? » Le jury populaire a voté : on reste ! Ça tombe bien. Cela nous permet de poursuivre les rencontres initiées ici pour retrouver le souffle de L’Echappée Volée l’an prochain. Tâchez d’en être !

 

Béatrice Sutter - Le 31 mai 2016
premium2
premium2