habillage
premium1
premium1
3 filles en train de manger un palt dans un emballage en plastique
© ShaneQuentin via gettyimages

Ces produits en plastique à usage unique interdits en 2021

Le 11 janv. 2021

Couvercles de boissons, pailles, couverts en plastique, piques à steak, tiges pour ballons ou encore paillettes et confettis en plastique… de nombreux objets à usage unique que les Français ne peuvent plus acheter depuis le 1er janvier.

Délai de six mois d’écoulement des derniers stocks

D’ici 2040, le gouvernement s’est donné pour mission de bannir de notre quotidien de nombreux objets en plastique à usage unique. Aussi, les boîtes en polystyrène expansé utilisées par la restauration rapide, pour emballer les kebabs par exemple, figurent également sur la liste des objets prohibés dès cette année. « Interdits aussi les tiges pour ballots en plastique ou encore les confettis. Le gouvernement a donné un délai de six mois d'écoulement des stocks », explique Juliette Franquet directrice de l’association Zero waste France. Autre interdiction en 2021 : la distribution gratuite de bouteilles d’eau en entreprise, dans les établissements publics ou dans le cadre d’événements sportifs, festifs ou culturels. « On les verra circuler pendant encore six mois mais la bonne nouvelle c'est que ces produits vont arrêter d'être fabriqués », précise Juliette Franquet,

Des produits de remplacement pas toujours écolos

« Il faut se méfier des fausses bonnes solutions. Le mieux c'est de favoriser le réutilisable, le vrac et la consigne, c'est l'usage qui compte », recommande toutefois la présidente de l'association Zéro Waste France. En effet, certaines alternatives ne sont pas forcément écologiques et notamment les plastiques fabriqués avec des matières végétales créées à l’autre bout de la planète. « Le terme de "bioplastiques" est très contestable », détaille-t-elle. « On n'utilise pas des énergies fossiles pour le créer, c'est vrai, mais si à la place, on utilise du sucre de canne qui vient de l'autre bout de la planète, l'impact environnemental n'est pas bon non plus ».

Anaïs Farrugia - Le 11 janv. 2021
À lire aussi
premium 2
premium 2