habillage
Protections hygiéniques de la marque les petites choses
© Les Petites Choses

La marque "Les Petites Choses" lutte contre la précarité menstruelle

Le 29 avr. 2021

La Région Île-de-France et le Crous de Nantes Pays de la Loire distribuent depuis le 19 avril 2021 (pour le Crous) et à partir du 3 mai 2021 (pour l'Ile-de-France), auprès de 465 lycées et 18 Cités U’ et Résidences U’, des tampons et serviettes hygiéniques de la marque Les Petites Choses. Au total, plus d’un million de produits seront distribués.

Des protections hygiéniques 100% coton bio

Les Petites Choses est la première marque en France de protections hygiéniques 100% coton bio et sans perturbateurs endocriniens à afficher en toute transparence son rapport toxicologique certifié. Les protections périodiques proposées ont reçu le label GOTS (Global Organic Textile Standard), qui assure un mode de production écologique et socialement responsable. Il garantit notamment que le coton biologique utilisé ne contient pas de parfum, de silicone, ou de paraben.

« La très grande majorité des protections périodiques vendues en grandes surfaces sont des produits synthétiques issus de la pétrochimie (polypropylène, polyester…). Ils sont nocifs pour la santé et mettent plus de 500 ans à se dégrader. Nous avons voulu nous engager en concevant des produits bons pour les femmes et pour la planète. Biodégradables, les protections Les Petites Choses mettent seulement six mois à se dégrader ! » précise Johan Bonnet, co-fondateur de la marque.

Soucieux de proposer des produits accessibles à tous : « Les produits bio étant souvent perçus comme chers, nous souhaitions absolument pouvoir garantir des tarifs accessibles. Pour cela, nous avons décidé d’associer le fabricant de matières premières au projet afin de maîtriser les coûts de production. » ajoute Matthieu Batteur, co-fondateur.

La lutte contre la précarité menstruelle

Alors que le gouvernement annonçait en fin d’année 2020, un budget de cinq millions d’euros pour lutter contre la précarité menstruelle, touchant une femme sur dix, certaines régions, municipalités et autres établissements publics, se mobilisent pour proposer en 2021 des distributeurs gratuits de serviettes hygiéniques, tampons et protège-slips dans leurs établissements.

La Région Île-de-France met en place des distributeurs de protections hygiéniques bio gratuites

D’après un sondage de l’IFOP, plus d'une jeune fille sur trois en Île-de-France ne change pas suffisamment de protection ou a recours à l’utilisation de protections de fortune. La précarité menstruelle est une réalité quotidienne pour ces adolescentes et qui peut, dans certains cas, avoir un impact sur le décrochage scolaire. En effet, certaines élèves ne viennent pas au lycée durant leurs règles, soit parce qu’elles n’ont pas suffisamment de protections périodiques, soit parce que celles-ci sont trop chères.

Pour mettre fin à cette inégalité, la Région Île-de-France a décidé de mettre en place des distributeurs de protections hygiéniques bio gratuites dès le mois de septembre 2020, en équipant 30 premiers lycées franciliens en accordant une attention toute particulière à la qualité naturelle 0 risque des protections, critère primordial pour la santé des jeunes filles. En 2021, pour l’ensemble des lycées publics que gère la Région Île-de-France, ce sont 1 000 000 de protections hygiéniques qui seront distribuées aux 465 lycées franciliens. 

Le Crous de Nantes Pays de la Loire, propose 80 000 protections périodiques aux étudiantes

Conformément à l’annonce de la Ministre de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’innovation le 23 février 2021, le Crous de Nantes Pays de la Loire renforce son engagement en faveur des étudiants et plus précisément contre la précarité menstruelle. Ainsi depuis le 19 avril 2021, 20 distributeurs de protections périodiques gratuites sont installés dans 18 lieux de vie du Crous en Pays de la Loire (Cités U’, Résidences U’ et service social), afin de proposer 80 000 protections périodiques aux étudiantes logés dans ses structures d’hébergement.

Léa Boulay - Le 29 avr. 2021
À lire aussi
premium2
premium2