habillage
Une bague dans une fleur
© OR DU MONDE

OR DU MONDE, la première green joaillerie française

L'ADN
Le 11 avr. 2019

Créer des bijoux à la fois respectueux des droits humains et de l’environnement, c’est la mission de la start-up OR DU MONDE.

OR DU MONDE bouscule les pratiques de l’industrie bijoutière. En prônant la transparence, l’éthique et une attitude éco-responsable, la start-up française cherche à mettre en place une approche saine et durable au sein d’un secteur fortement concurrentiel.

Une joaillerie éthique et durable

Fondée par quatre passionnés, la bijouterie OR DU MONDE est la première à tenter de modifier les habitudes d’un secteur peu enclin aux innovations. Son but ? Défendre les droits de l’Homme et de contribuer à la protection de l’environnement dans le cadre de ses créations. Des partenariats avec des mines respectant les droits humains ont été mis en place.

Pour cela, la start-up appelle à une complète transparence en certifiant le pays d’origine et la provenance des pierres précieuses utilisées. C’est notamment le cas pour tous ses diamants alors que moins d’1 % de ceux vendus à travers le monde respectent de tels critères. Dans son atelier parisien, la joaillerie green recycle également l’or pour un impact environnemental nul. En garantissant le Made in France pour tous ses bijoux et ses alliances, l’entreprise participe à la mise en avant des artisans locaux.

Une démarche eco-friendly

Depuis sa création, la start-up redéfinit les pratiques du milieu de la joaillerie en revendiquant une démarche éco-friendly : recyclage de l'or mais aussi utilisation des ressources de manière responsable et réparation des bijoux abîmés. En cinq ans, OR DU MONDE a recyclé plus de 100 kilos d’or. L’approche éthique de la start-up s'exprime aussi dans l’acquisition des pierres précieuses employées pour toutes ses fabrications.

Et ça marche !

Autofinancée et éco-responsable, la start-up ne cesse de se développer depuis sa création en 2014. En 2018, OR DU MONDE affichait un chiffre d'affaires de 1,8 million d’euros. C’est maintenant une équipe de 15 personnes qui travaille au sein de la bijouterie parisienne pour réaliser de nouvelles créations éthiques et durables.

L'ADN - Le 11 avr. 2019
habillage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.