habillage
Billes de résines fabriquées à base de déchets plastique
© Skytech

La start-up Skytech développe une solution de recyclage avec des électrons

Le 20 mai 2021

Pour recycler les déchets plastiques, la start-up française Skytech a choisi de s'appuyer sur une technologie de tri innovante basée sur la « tribo-électricité », permettant la réutilisation des matériaux et notamment dans le secteur des textiles techniques.

Dans son rapport 2020, Textile Exchange montre une stabilité dans les productions de polyester et coton, qui demeurent les matériaux stars de la filière du textile-habillement. Les chiffres affichent un marché dominé à 52,2% par le polyester et à 23,3% par le coton. D'autres matériaux à base de plantes comme le jute, la fibre de coco, le lin, ou encore le sisal représentent désormais 5,9% du marché. En 2020 sur les 57,7 millions de mégatonnes de polyester utilisées, 14% étaient du polyester recyclé, en progression de 5 points par rapport à 2010.

Recycler grâce à la tribo-électricité

À l'heure où l'intelligence artificielle se présente comme une solution clé pour le tri, permettant de différencier les plastiques alimentaires et non alimentaires, Skytech, détenu par le fonds Xerys, innove avec la technologie de tri par tribo-électricité. Cette dernière existait déjà mais la start-up souligne l'avoir améliorée en permettant d'obtenir une grande pureté et des débits importants : « une pureté de 99% sur l'ABS avec un débit à 1500 ou 2000 kilos par heure », explique Arthur Rozen, le PDG de Skytech.

La start-up utilise alors trois sortes de plastiques, l'ABS (acrylonitrile butadiène styrène), le polystyrène (PS) et le polypropylène (PP). Ces résines ne peuvent être séparées par le procédé traditionnel de tri par flottaison car elles ont la même densité.

La première étape du retraitement repose sur la capacité des plastiques à se charger électriquement quand ils se frottent entre eux. Les copeaux de déchets plastiques, chauffés et mélangés, se chargent alors positivement et négativement et peuvent être séparés après être passés dans un champ électrique. Les particules sont ensuite fondues et forment de petites granules qui seront vendues aux utilisateurs comme les plasturgistes.

Ces résines recyclées sont environ 20% moins coûteuses que le plastique de base, bien qu'ils présentent tous deux les mêmes propriétés mécaniques, ou très proches, souligne Arthur Rozen : « on peut remplacer la résine vierge par notre résine à 100% ». La majorité de la production de Skytech est exportée, dont 60-70% vers l'Asie.

Vers un déploiement à l'international

L'entreprise prévoit des investissements à hauteur de 15 millions d'euros et va quitter, d’ici 2022, son implantation actuelle à Bonnières-sur-Seine (Yvelines) vers un site plus grand à Aubevoye (Eure) sur 20 000 m2, Skytech triplera sa capacité, de 10 000 à 35 000 tonnes en 2023.

La start-up vise également un développement international avec deux nouveaux sites en Europe et l'ambition de produire 150 000 tonnes de granulés d'ici 2025.

Léa Boulay - Le 20 mai 2021
À lire aussi
premium2
premium2