habillage
Une trottinette électrique sur terrasse de café
© Bence Boros via Unsplash

À Paris, la moitié des start-up de trottinettes électriques cessent leur activité

Le 3 juill. 2019

Avis à tous ceux qui détestent les trottinettes électriques qui ont envahis nos ruse. À Paris, les start-up spécialisées tombent comme des mouches.

Anne Hidalgo avait annoncé en avril 2019 qu’elle limiterait le nombre de compagnies de trottinette en libre-service dans Paris. Néanmoins, la maire de la capitale ne devrait pas avoir à fournir de grands efforts pour voir certaines de ces compagnies disparaître.

Le marché de la trottinette, à l’image des compagnies VTC, est un secteur ultra-concurrentiel. La prolifération des services d trottinettes électriques en libres-services a pris une telle ampleur que Paris ne comptait pas moins de 13 sociétés. Mais toutes n'ont pas pu résister à la concurrence féroce. Selon Les EchosBoltWind, Hive, Ufo, ainsi que Tier ont déjà cessé ou suspendu leur activité.

Les incivilités sont un gouffre financier

Mais la concurrence rude sur le marché de la micro-mobilité n'est pas le principal problème des start-up du secteur. Le plus grand défi pour ces compagnies est bien le vandalisme. Les incivilités et les dégradations commises sur le matériel représentent un réel poids financier, mais aussi logistique. Par conséquent, les start-up Voi et Tier ont elles aussi suspendu leur activité. Mais elles devraientrevenir bientôt dans les rues de la capitale.

Finalement, à Paris, les services Circ, Lime, BirdDott ainsi que Jump de Uber et B-Mobility.

Simon Offen - Le 3 juill. 2019
À lire aussi
premium 2