habillage
Poche arrière d'un jean avec des cartes de crédit qui dépassent
© Freestocks - Pexels

Mansa lève 18 millions d’euros pour financer les projets des indépendants

Le 2 mars 2021

La fintech Mansa, spécialisée dans les prêts aux freelance, annonce une levée de 18 millions d’euros pour accélérer son développement en France et à l’international.

Créée en 2020 par Ali Rami (CEO), Benjamin Cambier (COO), Remy Tinco (CTO)  Mansa est une plateforme qui permet aux freelances et aux indépendants d’avoir accès au crédit avec une réponse garantie en 48h et une expérience utilisateur entièrement fluide et digitalisée. Pour cela, l’équipe a développé un nouveau modèle de scoring adapté à cette nouvelle économie qui a des revenus volatiles et qui ne dispose pas de fiche de paie.

12 mois seulement après son lancement et une première levée de 2 millions d’euros, Mansa, spécialisée dans le prêt aux freelances et aux indépendants annonce une nouvelle levée de fonds de 18 millions d’euros, dont 6 millions d’euros en equity (Anthemis Group, Founders Future, Yannick Bolloré, Romain Afflelou, Didier Valet, Mathieu Laine, Laurent Ritter) et 12 millions d’euros de dette auprès d’un fonds franco-britannique pour financer ses prêts.

Accélérer son développement

Les indépendants représentent à présent 4 millions de travailleurs en France et le groupe de travailleurs avec la plus forte la croissance en Europe en 10 ans. Après avoir octroyé plus d’1,5 million d’euros de crédit en 2020 et affiché une croissance moyenne de 35 à 40% par mois, Mansa ambitionne avec cette levée de pouvoir financer plus de 2 millions d’euros de projets par mois. L’entreprise qui compte déjà 20 employés prévoit de doubler ses effectifs grâce à cette nouvelle levée et de débuter son internationalisation avec en ligne de mire le marché britannique.

Ali Rami, CEO de Mansa déclare : « J’appartiens à une génération qui tend de plus en plus vers le freelancing. Il s’agit d’un secteur ultra stratégique pour les banques traditionnelles qui ont encore du mal à adresser cette population faute de modèle de scoring adapté. Si l’année 2020 a été marquée par les difficultés liées à la crise sanitaire, elle a également vu un nombre record de micro-entreprises voir le jour. Notre produit vient répondre à un besoin essentiel pour les travailleurs indépendants jusqu’alors non couvert par le marché du prêt. Nous avons depuis le premier jour une ambition internationale car la percée du freelancing est vérifiée en France mais également à l’échelle de l’Union Européenne. Nous commencerons dès cette année par le Royaume Uni, marché riche en entrepreneurs freelance et à ce titre véritable relai de croissance, avant de nous tourner vers l’Allemagne qui présente des caractéristiques similaires ».

Peggy Baron - Le 2 mars 2021
À lire aussi