habillage
Logo Once
© Once

Once lance « The Love Experiment » un algorithme de matching créé par des femmes

Le 30 juin 2021

L’application de rencontres post-swipe Once lance « The Love Experiment », une nouvelle manière de matcher les gens basée sur leur profil émotionnel.

Critères superficiels ou patriarcaux (beauté, statut), algorithmes calibrés sur l’apparence et le volume, le dating est un secteur qui peine à aller de l’avant - c’est de ce constat qu’est partie Clémentine Lalande, CEO de Once, pour créer la nouvelle fonctionnalité de l’application.

« En 2021, le secteur du dating en ligne est encore basé sur des conventions d’il y a 40 ans – un marché conçu par des hommes pour des hommes, qui reproduit et amplifie les stéréotypes patriarcaux. » précise Clémentine Lalande. « C’est particulièrement dommage car la technologie nous donne les moyens de faire évoluer les choses, et c’est ce que nous allons faire avec The Love Experiment. »

Mélange de méthode scientifique et de conception progressiste du dating, c’est le tout premier algorithme de matching entièrement créé par une équipe féminine.

Pour le développer, Once a fait appel à la psychanalyste française Fabienne Kraemer, à la psychologue britannique Dannielle Haig, ainsi qu’à l’experte du dating et fondatrice de Lumen Charly Lester, et a interrogé plus de 1000 couples, leur donnant accès à plus de 9000 ans de vie de couple.

Dis-moi qui tu es, je te dirai avec qui tu matches

The Love Experiment consiste en une série de 28 questions, permettant de dessiner le profil émotionnel d'une personne sur 4 axes. Les questions vont de « préférez-vous dîner avec Obama ou le Dalaï Lama ? » à « quel superpouvoir choisiriez-vous ? », et permettent un éclairage subtil sur la personnalité émotionnelle de chacun.

Au croisement de l’analyse transactionnelle, de l’analyse comportementale et de la psychologie analytique, le questionnaire évalue ainsi l’indépendance/dépendance dans le cadre d’une relation amoureuse, le niveau d'extraversion, l'importance de la connexion physique et cérébrale avec l’autre et l’équilibre entre l'intuition et raisonnement factuel.

« Les questions impliquent 4 axes de questionnement : la relation à soi, aux autres, au couple, et au corps. On définit à partir de là des profils types, et on les fait se rencontrer là où peut-être ils ne seraient pas allés. Parce que spontanément on a une idée très définie de ce qu’il nous faut, mais c’est une idée pleine de biais - qui peut même nous emmener vers les mauvaises personnes. » explique Fabienne Kraemer.

Peggy Baron - Le 30 juin 2021
À lire aussi
premium2
premium2